Vous êtes ici : Accueil » CLINIQUE DE LA RELATION SOCIALE » Traiter et prendre en charge les psychopathes, sociopathes, personnalités « (...)

Traiter et prendre en charge les psychopathes, sociopathes, personnalités « borderline »

D 3 décembre 2005     H 13:08     A Louÿs Jacques     C 5 messages


 


 Introduction


 

Ce que nous appelons ainsi est centré, au niveau clinique, sur le passage à l’acte agressif. C’est une impulsivité incontrôlée et malheureuse. Elle est particulièrement mal supportée quand elle se porte sur d’autres que la personne et les amène à souffrir considérablement. C’est un symptôme qui peut très bien être dirigé aussi sur la personne elle-même, afin de la faire souffrir directement. Voir l’exposé du tableau clinique dans l’article intitulé : Psychopathie, sociopathie, personnalité borderline.

Pour comprendre la logique utilisée ici pour établir cette clinique, il faut la resituer dans la conception du psychisme décrite dans l’article : Le modèle oscillatoire de la réalité psychique : un modèle trans-niveaux.

Brièvement, nous considérons que le passage à l’acte agressif résulte de deux effondrements successifs de fonctions psychiques opposées. Ces fonctions sont normalement en équilibre oscillatoire harmonieux (homéostasie psychique). Un pôle de l’oscillation s’effondre, puis l’autre, pour aboutir à un passage à l’acte, hétéro ou auto-agressif. Un caractère de base peu harmonieux, aggravé par un moyen de défense peu efficace, conduit à l’apparition de décompensations symptomatiques.

 

Il ne faut pas confondre, à notre sens, la psychopathie avec la personnalité antisociale, plus proche de la perversion. Voir l’article : La perversion-psychose dans le registre social du psychisme : passages à l’acte agressifs paranoïaques, attentats, massacres, génocides, guerres totales, “suicides” collectifs.... Nous la distinguons, aussi, de l’écroulement résultant du caractère hystérique dont les défenses sont débordées. Cela, même si une personne peut présenter des traits impulsifs appartenant aux deux types d’écroulement psychique, notamment quand apparaît une tentative de suicide : voir l’article Articulation clinique : suicides et disparitions impulsives avec névrose imaginaire compensatoire.

 


 Les deux effondrements successifs


 

Premièrement, des personnes ont des capacités d’adaptation faibles au préalable dans leurs relations sociales ou personnelles, sexuelles ou dyadiques. Un épuisement de leurs capacités d’action structurée se produit un jour dans ces registres relationnels, en globalité ou dans un registre plus particulier. Cela se passe :

  • lors d’un changement de responsable ou de règles dans la collectivité dont elles participent,
  • lors d’un changement des responsabilités sociales qu’elles doivent elles-mêmes tenir, ou par immersion dans un champ social trop difficile pour leurs capacités d’adaptation,
  • par fatigue corporelle s’accentuant ou vieillissement se profilant,
  • par difficulté d’assumer une position sexuée ou une relation de pouvoir.

Ce qui est le plus en jeu dans tout cela, ce sont les capacités d’adaptation à de la nouveauté, à des situations nouvelles. Ces capacités sont très faibles de fond.

Arrive un état d’épuisement de l’action structurée qui provoque, en contrecoup, un état hyperémotionnel. Il peut être déjà “réactionnel” si cet effondrement est soudain : peur horrible (“attaque de panique”), dépression réactionnelle, gaieté irraisonnée, honte insupportable, culpabilité intense, colère déchaînée etc.

Mais, il peut s’établir plus lentement, ou bien les moments réactionnels peuvent devenir de plus en plus rapprochés. L’hyperaffect devient chronique comme moyen de défense contre le risque, que la personne sent venir, d’apparition du symptôme de passage à l’acte agressif. Un état prolongé d’hyperaffect peut se réaliser alors, état que la personne tiendra plus ou moins longtemps jusqu’à l’épuisement secondaire de ses capacités à le tenir. On parlera de dépression, de manie ou d’équivalent dépressif ou maniaque puisque les autres affects, hormis l’humeur, sont très mal repérés et pris en compte pour eux-mêmes en clinique (au mépris de la réalité).

Surgit, alors, chez ces personnes en état hyperaffectif au long cours, la réapparition de l’action, sous une forme impulsive et malencontreuse : le passage à l’acte agressif. La personne peut pendant longtemps s’accrocher à son état hyperaffectif, lutter contre l’envie du passage à l’acte et essayer de le retenir. On parle, par exemple, de l’apparition d’obsession-impulsions ou d’intuitions délirantes et d’hallucinations survenant à bas bruit, avant que l’explosion ne se fasse.

Mais, chez d’autres personnes, la surcharge des capacités psychiques affectives est telle et/ou la faiblesse de celles-ci si prononcée d’emblée, que se provoquera un deuxième effondrement quasi-immédiat des capacités affectives. On aura un passage à l’acte quasi-simultané de l’effondrement des capacités d’actions structurées, comme une déstructuration massive et soudaine de l’action face à un obstacle. C’est cela qui qualifie, au mieux, la personnalité borderline. Les deux effondrements se suivent quasi immédiatement, souvent dans un aspect d’intolérance totale à la moindre frustration, mais parfois par simple épuisement des capacités psychiques de la personne .

Les passages à l’acte agressifs rencontrés peuvent être :

  • des destructions d’objets incohérentes,
  • de la violence sociale idiote,
  • de la domination interindividuelle soudaine et méchante,
  • des vols irraisonnés,
  • des attentats à la pudeur irrésistibles,
  • des viols impulsifs,
  • des dons sexuels de soi-même inconsidérés à l’ogre pervers rencontré...

Sur soi-même, on aura aussi les différents types d’automutilations :

  • avec des objets tranchants (lacérations, impulsivités de se couper la gorge),
  • en se tapant la tête contre les murs ou le sol,
  • en se brûlant de façon itérative, par exemple avec des cigarettes,
  • avec les ongles (griffures... jusqu’à l’énucléation),
  • avec les dents (morsures, déchirures),
  • avec des seringues pour s’injecter des produits divers,
  • avec des manœuvres de vomissements,
  • l’utilisation de moyens de purges incoercibles,
  • l’ingestion de produits capables de provoquer des ivresses aiguës,
  • l’ingestion d’objets dangereux...

En soi-même, plus intériorisées, les impulsions agressives auront l’aspect :

  • de brusques hallucinations péjoratives et injurieuses,
  • d’interprétations persécutrices immédiates (voir une description clinique plus complète dans l’article sus cité).

Il est important de ne pas trop séparer ce qui est impulsivité interne de ce qui est automutilation ou impulsivité externe, car, si une personne peut garder une certaine monotonie de ses passages à l’acte, répétant sans cesse le même type d’auto ou d’hétéro-agressivité, car s’effondrant généralement dans le même registre psychique, elle peut parfois varier et symptomatiser dans un autre registre : un halluciné habituel reste fort capable, aussi, d’automutilation et de passage à l’acte hétéroagressif. Cela complique considérablement la prise en charge de ces états.

La logique du deuxième effondrement, à savoir celui des capacités affectives, explique pourquoi le borderline passe à l’acte sans rien éprouver affectivement, sans frein perceptible à ce niveau. Il n’éprouve rien dans son ressenti. Il ne pense à rien non plus sur le moment. Cela explique aussi que l’acte agressif n’est pas un retour à une action structurée réussie sur soi-même ou sur l’autre. Ce n’est pas une manœuvre disciplinaire, mais cela reste un symptôme d’agressivité inconsidérée et malheureuse pour tout le monde, y compris pour la personne elle-même, au vu des conséquences immanquables de ses impulsivités.

Mais, que la personne tienne durablement ses moyens de défense affectifs ou que ce passage à l’acte borderline surgisse dans un double effondrement quasi instantané, changera toutefois la manière d’aborder la prise en charge de ces problèmes souvent très éprouvants de comportement.

 

1 ) Dans le premier cas, on traitera la personne comme une personne présentant des troubles de l’humeur ou assimilés, comme une psychose affective. Y compris avec des médicaments, mais au risque de provoquer intempestivement le passage à l’acte par une sédation brusque de l’affect (avec des neuroleptiques) et une exagération soudaine des capacités d’action (avec des antidépresseurs IRS). C’est le cas si l’on n’est pas loin de l’effondrement des défenses affectives de la personne, quand on s’en occupe. Et, de ne penser qu’aux médicaments, entraîne tout de suite le risque d’oublier les problèmes des autres registres qui facilitent l’épuisement psychique de la personne et de ne pas réussir, vraiment, à résoudre le problème.
2 ) La prise en charge, dans le deuxième cas, est la prise en charge, proprement dite, de la personnalité borderline et de ses symptômes si pénibles que sont les passages à l’acte agressifs, brusques et souvent très répétitifs. Au moindre blocage d’action, à la moindre surtension affective concomitante, elle s’effondre et passe à l’acte. Tout le traitement consiste donc à traiter le passage à l’acte, puis à limiter les apparitions des passages à l’acte en veillant à éviter les surtensions affectives et les effondrements affectifs concomitants des épuisements d’action. Cette surtension calamiteuse a un seuil d’apparition très bas dans ce type de caractère. Il n’en faut souvent pas beaucoup pour que la personne borderline passe à l’acte.

 

En clinique, tous les tableaux intermédiaires peuvent se rencontrer !
La discussion sur la prise en charge ne peut donc être standardisée, au désespoir des personnalités rigides aimant les « protocoles » et les « guides de conduite » normalisants et évaluables. En pratique, il faut choisir vers quel tableau clinique on penche dans chaque cas particulier, mais l’apparition de symptômes impulsifs chez un déprimé montre qu’on est en phase d’épuisement des capacités de rétention affective de la personne.

 


 Le traitement et la prise en charge de la personnalité borderline


 

Le traitement d’urgence commence par la mise au repos, à la fois le repos de l’action et le repos affectif. Il faut amener la personne borderline à s’isoler, à rester tranquille, à éviter les risques de surtension affective.

S’il est en institution, une mise en chambre d’isolement peut être très utile. Mais, il s’agit de concevoir cette “chambre d’isolement” (selon le terme réglementaire utilisé), comme une chambre de repos et non comme une cellule encore plus stressante pour la personne que l’on “punirait”, ainsi, d’avoir présenté des symptômes insupportables [1]. Il faut concevoir une chambre de repos où la personne ne peut pas se blesser, mais où tout est mis en œuvre pour qu’elle s’apaise. C’est faire la différence entre un moyen thérapeutique et un mitar de prison. Le personnel doit être suffisamment informé pour ne pas être hostile ni trop empathique, afin de ne pas reprovoquer des passages à l’acte par un surcroît affectif chez la personne. C’est un point très important.

Le repos, c’est le repos, dans toutes ses dimensions. On voit, ici, que la “neutralité bienveillante” nécessaire est une façon de comprendre le problème de l’autre.

Par après, il s’agit de comprendre comment la personne est amenée à s’épuiser au niveau de l’action et à présenter des moments de surtension affective insupportables pour ses moyens propres. Il faut élaborer un changement de la prise en charge institutionnelle de ces personnes, pour corriger cela.

Hors institution, la prise en charge consiste à trouver de même le moyen de mettre la personne au repos, le temps suffisant pour que se calment les passages à l’acte. Ce repos est, bien sûr, le contraire d’un isolement qui stresserait encore plus la personne.

Des calmants à dose sédative, qui dépriment les circuits d’action (attention aux benzodiazépines qui sont impulsivantes à faible dose), ainsi que du Sulpiride ou de l’Amisulpride, qui stimulent l’émotivité, peuvent aider à passer un moment de décompensation impulsive : Sulpiride ou Amisulpride, cette fois-ci, à dose faible, non saturante des récepteurs neuronaux dopaminergiques, en veillant bien à rester à des doses qui stimulent la dopamine cérébrale et qui ne la dépriment pas, qui ne soient pas sédatives, sinon on obtient un résultat contraire, en diminuant les capacités de rétention affective de la personne. Ceci est très important alors que des doses croissantes de neuroleptiques sédatifs sont généralement données avec de très mauvais résultats, ou qui restent moyens avec des neuroleptiques « modernes » qui dépriment aussi la sérotonine cérébrale et entravent donc, relativement, le surgissement du symptôme. Des études comparatives rigoureuses resteraient à mener à ce sujet afin d’empêcher les neuroleptisations massives d’être autant pratiquées, faute de discernement clinique suffisant des praticiens, qui se croient face à des cas de schizophrénies, notamment en cas d’hallucinations intenses.

Le risque est de se limiter à ce genre de traitement, alors que le traitement médicamenteux de fond est le même que celui des dépressions et équivalents dépressifs, avec le rôle utile de certains anti-épileptiques ou régulateurs d’humeur comme le lithium, et le contraire du traitement symptomatique immédiat...

On peut lire avec profit à ce sujet l’article : Note sur le traitement médicamenteux de l’hyperactivité symptomatique et des impulsivités

Le traitement par des neuroleptiques retards modernes qui agissent, à la fois, sur les circuits cérébraux à sérotonine et sur ceux à dopamine, ne devrait être réservé qu’à des personnes volontairement « antisociales », c’est à dire relevant de la perversion-psychose et qui demandent de l’aide, vu les ennuis qu’elles s’attirent.

La psychothérapie a, ensuite, un rôle important pour amener la personne borderline à prendre conscience de ses limites, à la fois de ses limites d’action structurée et, à la fois, de ses limites affectives. Cela, afin d’arriver à ne pas dépasser ses limites. Le travail à ce niveau, est de trouver cela pour chacun. Un travail de groupe peut être envisagé tout de même, car entendre les recettes que les autres ont pu trouver est toujours profitable.

Au niveau social, il faut que les politiques se rendent compte de l’importance de ce problème et le comprennent en terme de santé mentale. La société devient de plus en plus complexe. Les capacités d’adaptation à une action structurée deviennent de plus en plus fragiles. Les états dépressifs consécutifs, ou autres hyper-affectivités consécutives, sont de plus en plus nombreux. Il est donc normal que les passages à l’acte sociopathiques, ainsi que les auto agressions, deviennent de plus en plus fréquents aussi. Mettre les borderline en prison, comme cela arrive si souvent, n’est vraiment pas une solution réaliste, même avec un suivi sociojudiciaire à la sortie. Développer une prise en charge collective, socialiste au sens large, pour venir en aide à ces personnes épuisées, leur ouvrir largement les CAT (Centre d’Aide par le Travail) ou ESAT (Etablissement et Service d’Aide par le Travail), par exemple, ou en créer pour eux avec la présence d’un personnel soignant formé en leur sein, devrait être la moindre des choses. Cela ne veut pas dire collectiviser tout le monde, mais tenir compte des problèmes que crée, pour certaines personnalités, une société en pleine mutation et en plein bouleversement .

 


 Note pour les analystes


 

Peut-on aller plus loin, c’est à dire dépasser le niveau traitement quantitatif de la pulsion chez les personnalités borderline et arrriver à un traitement qualitatif des représentations, c’est à dire à une prise en charge de type psychanalytique ? Oui, une fois la stabilisation de la situation à peu près obtenue, si l’intensité du passage à l’acte ne vient pas empêcher la discipline de la séance de fonctionner. Le cadre doit alors être particulièrement immuable pour ne pas mettre en tension les qualités d’adaptation de l’analysant et la neutralité affective doit être soigneusement préservée aussi. Tout est dans le doigté nécessaire à ne pas provoquer un passage à l’acte qui est, pourtant, inévitable à un moment donné. Et tout est dans la manière de récupérer alors la situation pour ne pas retomber dans un coaching régressif. Le but de l’analyse sera d’arriver à ce que la tentation de l’écroulement ne soit pas confondue avec la recherche de la jouissance mais qu’elle soit pris au contraire pour ce qu’elle est : une figure de la pulsion de mort.

 


Popularité :
37893 lecteurs au 04/01/2015


[1

2013 - 39e Rapport annuel au Parlement Canadien - Résumé des problèmes et des difficultés en matière de traitement des cas d’automutilation dans les établissements carcéraux :« Les délinquants qui s’infligent des blessures graves sont souvent placés dans des cellules d’isolement. L’isolement et la privation, qui prévalent dans les unités d’isolement, peuvent exacerber les symptômes d’un déséquilibre mental. Un nombre disproportionné d’incidents d’automutilation en établissement se produit dans des cellules d’isolement sous étroite surveillance. »

Dans la même rubrique

19 août 2017 – Que dire au politique à propos du terroriste radicalisé ?

26 mars 2017 – Refonder la linguistique

20 mai 2016 – Parler délirer

29 janvier 2009 – La claustrophobie revisitée

22 janvier 2009 – L’agoraphobie revisitée

5 Messages

  • Agnès Vobad
    21 mai 2012 @ 17:51
    J’ étais borderline, je ne le suis plus....

    J’ai trente-cinq ans et vingt ans de maladie derrière moi, divisée en deux temps : dix ans de souffrances, de médicaments, de psychothérapies avec une vingtaine d’ hospitalisations, puis dix ans à lutter contre moi-même.

    En effet, un jour, j’ai dit stop à mon autodestruction. J’ai fait le choix de guérir, c’était soulever une énorme montagne, dix ans de combat acharné contre mon pire ennemi qui n’était pas la maladie mais bien moi-même.

    Médicaments et psychothérapie sont à mon avis inutiles si on ne fait pas le choix de vivre normalement. Se complaire dans la souffrance, voilà se qui me répugne. Victime ? Je ne le pense pas, je ne le pense plus. Il faut être responsable de ses actes et arrêter de se plaindre !

    Il est difficile de sortir d’un cercle vicieux dans lequel on s’ enfonce avec l’aide comme s’ était mon cas, d’ amies semblables à moi. J’ai du prendre la terrible décision, de ne plus fréquenter les personnes se réduisant à leur malheur, quitte à me retrouver seule. J’ai du passer par la haine de ma maladie, afin de m’ en sortir.

    Je suis encore fragile, je prends encore des médicaments mais je ne me considère plus borderline. Tel un diabétique, si on se soigne, symptômes disparaissent, cependant il faut le vouloir...

    Désolée, je suis un peu dure avec les personnes qui souffrent car je sais que c’est le cas. Cependant, il est lâche de se voiler la face et de tout remettre sur la maladie, afin ne pas se sentir responsable des ses actes ! Se battre est le mot clé, baisser les bras est synonyme de lâcheté.

    Cependant,il faut, je le reconnais une bonne motivation pour le faire, un élan de survie. Il faut pour cela avoir l’envie de vivre, choisir donc la vie plutôt que la mort...

    Pour ma part, j’ai fais mon choix et ma souffrance à disparue avec l’aide des médicaments et de ma psychothérapie mais sans volonté, rien ne marchera, voilà mon avis.

    Agnès.v.

    Louys Jacques
    21 mai 2012 @ 18:09
    C’est, en effet, un signe d’espoir à transmettre ; souvent les symptômes de ce genre s’atténuent avec l’âge, quand on devient moins sensible émotivement.


  • bonjour
    récemment j ai découvert que mon partenaire a des trouble de personnalité « sociopathe » .
    Pourriez vous me donner quelques conseille comment je vais lui donner un coup de main,comment prendre charge en lui .
    Merci d avance


  • Bonjour mon fils age. De 17 ans et etant suivi depuis 4 ans par un itep a fait depuis 2 ans betise sur betise vol isolation deterioration par couteau des mur du materiel brulure partout sur les meuble etc sur lui il as snifer de l essence pris du canabis mis une corde sur le toit balancer dans le vide tel un pendu etc il et actuelement dans un foyer judiciaire et psy canalyser on ma dit qu il etait peu etre psycophate je l aime de toute mon ame j ai peur pour lui comment l aider svp


  • Bonjour,
    Je viens de me rendre compte que mon fils qui me semblait de prime abord tout simplement « introverti » ne réussira jamais rien parce qu’il est sociopathe ou quelque chose d’approchant(ce n’est pas un psychiatre qui me l’a dit mais il répond à tous les critères). Il était toujours avec moi jusqu’à cet été mais maintenant nous avons coupé les ponts car j’ai compris que chaque fois qu’il ouvre la bouche, il sort un mensonge. Depuis ses 14 ans, jusqu’à cet été, nous avons couru de médecins en médecins pour des maladies bizarres(vomir chaque jour, les jambes qui se bloquent et se durcissent et là il ne sait plus marcher(je payais bien sûr des ambulances pour l’examiner !), il a fini ses secondaires en promotion sociale car avec nous il allait à l’école mais il a quadruplé sa 5ème secondaire et bien sûr on a refusé de le réinscrire. Il a voulu aller ensuite à l’univ. et j’ai dit ouf, maintenant il va travailler, avoir un bon diplôme et on va oublier toutes ces années de souffrance, mais là, en cachette, il a rencontré la fille d’un multi-millionnaire qui a « pitié de lui » (je ne fais que répéter !) et qui lui achète tout, il vit maintenant en concubinage avec elle, elle nous voit , elle ne dit pas bonjour (peut-être qu’elle pense que nous sommes des parents indignes !) et elle lui achète tout ce qu’il veut, elle a elle même payé son inscription en école d’ingénieur (nous avons remboursé bien sûr), mais ce samedi, il est venu voir son père, avec une nouvelle Playstation 4 (qu’elle lui a acheté !) et au lieu d’étudier comme quelqu’un qui veut réussir, il a passé la journée à jouer. Je pense que d’ici juillet , août il va encore échouer mais n’y a-t-il pas de traitement pour que même sans devenir ingénieur, il puisse un jour travailler peu importe dans quelle branche, ou bien sera-t-il obligé de vivre dans la prostitution (parce que je pense que si cette fille en a marre, il en cherchera une autre, même moche qui le logera et le nourrira). Je suis moi même chrétienne et je l’ai bien sûr élevé avec des principes moraux qu’il semble ne pas avoir assimilé même si les gens de l’extérieur le prennent pour un ange (moi aussi jusqu’à il y a peu, je le plaignais et je l’aimais et l’idéalisais).


  • Comme il a été détecté clairement par les éminents psychiatres, la ’’sociopathie’’ est une ’’pulsation de mort’’, qui est le résultat logique de deux ou plusieurs effondrements de l’environnement socio-affectif, qui sont venu anéantir tout espoir de se trouver un jour, un environnement aimant et rassurant QUI LUI FACILITERAIT LA VIE dans lequel il lui sera capable d’APPRENDRE À AIMER « PARTI-CIPER » au développement pour SE MÉRITER D’en FAIRE « PARTI ». Voilà pourquoi j’ai consacré plus de 10 ans de recherches sur la relativité qui existe entre les lois de physiques sur l’énergie dont nous sommes composés, et le développement d’un entourage compatible au développement de chacun des individus possédant des penchants naturels bénéfiques à découvrir, qui leur procure des talents uniques et innés qui les rendent différents des autres et par conséquent, les ont fait devenir des rejets de leur milieu de con fort mités. Je serais heureux de pouvoir vous être utile, si vous pensez que le résultat de mes recherches pourrait faire la moindre différence qui compte et qui importe dans les vôtres. Merci de m’avoir lu.


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Rechercher

Rubriques

 

Dernières brèves