Vous êtes ici : Accueil » LOGIQUE CLINIQUE DU MODÈLE FONCTIONNEL » (1) Notes de travail sur la fonctionnalité psychique : Importance de l’effet (...)

(1) Notes de travail sur la fonctionnalité psychique : Importance de l’effet double-épées croisées ⚔️

D 14 janvier 2020     H 12:37     A Louÿs Jacques     C 0 messages


Beaucoup de personnes s’occupent de soigner les troubles psychiques ; peu prennent vraiment le temps d’expliquer ce qu’est, pour elles, le psychisme. Les souffrances psychiques sont parmi les plus terribles, au milieu de celles dont peut souffrir l’humain. 50 ans de pratique médicale, puis psychiatrique, m’en ont persuadé. Sous la pression formidable de la souffrance des patients, il m’a paru toujours nécessaire de travailler, sur le fond, ce qu’est le psychisme. La justification de ce que j’ai pu avancer m’a conduit à coller à la clinique, afin de voir si les évolutions préférentielles des troubles que l’on peut y constater, donnent une certaine consistance aux idées utilisées.

J’explique où j’en arrive aujourd’hui dans les notes de travail qui vont suivre. Il ne s’agit pas encore de construire un nouveau système très élaboré et d’exposer la clinique justificatrice correspondante. Ce texte est juste un point d’étape, dans une élaboration qui se poursuit.

La base conceptuelle est la fonctionnalité homéostatique des capacités psychiques, selon des pôles logiques tétravalents. A ces fins, j’utilise le schéma aristotélicien d’Apulée, en le détournant pour transformer les ’contradictoires’ de ce schéma en pôles oscillants d’opposition. Les contradictoires, appelées axe delta ∆ et axe oméga Ω, deviennent les principaux axes du schéma logique.

Le schéma oscille entre les pôles tétravalents dans des lignes avec des chevrons. Il permet une représentation simplifiée, en deux dimensions, de la réalité psychique, mais il est nécessaire de solliciter l’imagination du lecteur, pour se représenter les oscillations : <------>

Les pôles logiques de la tétravalence sont le guideline, le gabari fonctionnel, qui polarise les oscillations des axes ∆ et Ω, leur substitution dans l’effet ⚔️ et ses échelons fractals.

L’axe ∆ de la réalité oscille entre S et ¬(S,¬S…), les pôles de la création / abolition de la réalité. Pour cela, se superpose une berlue, comme guide de forme, à du réel pré-existant, pour l’activer dans un réalisme partiel. C’est l’axe de la ’Darstellung’ (présentation).

L’axe imaginaire Ω, lui, oscille entre ¬S et corr(S,¬S), image virtuelle ︴image réelle. Il ne fabrique pas de la réalité augmentée, mais de la réalité diminuée, réduite de ∆. Ne pas se méprendre : connaître, c’est réduire ! L’axe Ω est l’axe de la ’Vorstellung’ (représentation).

L’axe ∆ présente une réalité infinie, qui déborde d’énergie. L’Energie Er de ∆ est infinie. A cause de cela, ∆ n’est pas encore pleinement géométrique. On peut parler d’une semi-géométrie oscillante de ∆.

Par contre, l’axe Ω de la représentation, imaginarise cette réalité, en la bordant, en lui mettant des limites. L’Energie Em d’Ω est limitée. La géométrie d’Ω est réflexive et discrète.

Dans un même modèle, nous avons :
- la fluidité infinie, impalpable, de l’énergie Er, mobilisant la ’réalité’ oscillante et non continue, de ∆ ;
- la finitude concrète de l’énergie Em de la ’matière’, imaginarisée en Ω dans des ensembles devenant oscillants par entraînement.

L’axe ∆ de la réalité est l’axe de l’énergie Er ; il oscille entre :
- le pôle de l’échappement, où se cache l’énergie ’libre’ de la vacuité, mais restant liable,
- le pôle de l’activation-réduction, où pulse l’énergie ’liée’ de l’apparition, mais restant déliable.

∆ : Energie libre ︴énergie liée

En ∆, axe de la réalité pulsionnelle, l’énergie infinie Er reste incomplète de géométrisation, semi-géométrisée, pulsatile, ’non continue’, mais toujours au présent.

Dans le passage par l’échappement, se passe toujours une ’initialisation’ et pas de ré-initialisation.

L’Er de l’axe ∆ est ainsi infinie, indéfiniment présente, non continue, non représentable, mais réductible en Ω.

L’axe Ω est appelé ’imaginaire’, non pas pour fabuler, mais pour ’représente’. Est construite une imago psychique, un magma façonné par le cerveau :
- encadré par une limite (image virtuelle spéculaire)
- ou monté dans un appareil (image réelle reconstitutive).

L’Em de l’axe Ω est, elle, discrète, quantifiée, mesurable, relative.

Si l’on parle de ’quanta d’énergie’, d’énergie ‘limitée’, on borne l’énergie en Ω en créant Em, l’énergie matérielle de géométrie ‘discrète’, faite d’éléments distincts et de leurs assemblages reconnaissables.

Si Er nous apparaît comme énergie cinétique, Em nous apparaît comme énergie massique.

Dans l’axe ∆ de la réalité, le magma est ouvert, changeant, instable, mouvant, alors qu’il est fermé, persistant, stable, fixé, en Ω

L’homéostase psychique est assurée par les oscillations propres des axes et par celle ∆ ︴Ω, dans la substitution oscillante ⚔️ des axes entre eux.

L’effet double-épées croisées ⚔️ psychique est celui d’un mouvement d’ensemble :

oscillation ∆ ︴Ω
Er ︴Em
Er infinie ︴Em limitée
lumière ︴luminescence
Magma ouvert ︴Magma fermé
)M,✶( ︴(M,✶)

✶ est la loi logique, tétravalente, de composition interne.

Dans le matériel d’Ω, on ne peut ‘imaginer’ l’infini. L’espace-temps d’Ω est fini, mesurable, chronologique. On y vieillit (perte d’information).

Dans le pulsionnel de ∆, persiste le non matérialisable, le non localisable, l’inaltérable, l’inacceptable de l’axe Ω.

La ‘masse’ spatio-temporelle, c’est la matière de géométrie ‘discrète’ (discontinue, quantifiée) de l’axe Ω.

Em, réduction de Er en Ω, est éparpillée, ligotée dans des masses, discernée dans des reconnaissances de forme.

Avec ∆, qui persiste à travers l’oscillation ⚔️, les ’masses’ se meuvent et perdent en distinction.

L’estompage de leur propriété d’ipséité, la perte de leur stabilité et de leur immuabilité, nous apparaît comme la gravité.

L’altération des masses par ∆ créerait la gravité et la cinétique. Les masses y sont obligées de ’communiquer’ de l’information. Nous avons un sens inné (génétique) des trajectoires. L’imaginaire ne peut être réifié, isolé. Pas d’idées platoniciennes en vue.

Par l’effet ⚔️, ∆ réduit sa magnificence et Ω perd en discrétion.

Le psychisme fonctionne avec l’immatériel réduit et la matière flouée, pour assurer la substitution oscillante et commutative des axes logiques.

Par l’antonomase ⚔️, la substitution oscillante d’un axe à l’autre, il y a interpénétration du monde pré-géométrique et du monde géométrisé, mélange apparent du ’spirituel’ et du ’matériel’.

Assurer ce rôle qualifie la remarquable et précaire incarnation humaine.

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Rechercher

Rubriques

 

Dernières brèves