Vous êtes ici : Accueil » ILLUSTRATIONS CLINIQUES : DOCUMENTS ANCIENS ET CONTEMPORAINS » DÉCLARATION SUR LA CRISE MONDIALE DES MIGRANTS

WORLD ASSOCIATION OF CULTURAL PSYCHIATRY
ASSOCIATION MONDIALE DE PSYCHIATRIE CULTURELLE

DÉCLARATION SUR LA CRISE MONDIALE DES MIGRANTS

Puerto Vallarta, Jalisco, Mexique, 2 novembre 2015

D 29 mars 2016     H 09:35     A ASSOCIATION MONDIALE DE PSYCHIATRIE CULTURELLE     C 0 messages


Le quatrième Congrès mondial de psychiatrie culturelle de la World Association of Cultural Psychiatry (WACP), l’Association Mondiale de Psychiatrie Culturelle, s’est tenu a Puerto Vallarta au Mexique du 29 octobre au 2 novembre 2015, et avait pour thème : « Défis Mondiaux et psychiatrie culturelle : catastrophes naturelles, conflits, insécurité, migration et spiritualité ». Nous avons pris acte de l’intensification des conflits violents et des troubles dans différentes parties du monde, qui provoquent d’immenses destructions et une augmentation du nombre de personnes déplacées, de migrants et de réfugiés. Cette situation a récemment atteint des niveaux dramatiques qui montrent que nous assistons a une Crise Mondiale de la Migration, a des déplacements massifs de populations qui provoquent des situations a haut risque de troubles mentaux.

Le 2 novembre 2015, le Bureau de la World Association of Cultural Psychiatry a adopté une déclaration avec deux objectifs : identifier les facteurs communs et les facteurs spécifiques de la Crise Mondiale de la Migration et lancer un Appel en faveur des actions urgentes à réaliser. Le Commissaire du Haut Comité pour les Réfugiés (HCR) estime a 59,9 millions le nombre de personnes déplacées en
2014 dans le monde. Ce sont des réfugiés, des demandeurs d’asile, des personnes déplacées a l’intérieur de leur propre pays (Déplacés internes) et des personnes apatrides. Ils se retrouvent souvent dans des conditions de vie très marginales qui menacent gravement leur santé physique et mentale.

 LES VAGUES DE MIGRATION AU MOYEN-ORIENT

Aujourd’hui, près d’un réfugié sur quatre est syrien, et en 2014, 51 % des réfugiés étaient des enfants.

Le pays qui accueille le nombre le plus élevé de réfugiésest la Turquie, avec près de 2 millions. Le Liban, la Jordanie et la Turquie accueillent actuellement 3,6 millions de réfugiés. Les conflits en Syrie ont provoqué le déplacement de plus de 7,6 millions de déplacés internes. En Irak, un nombre important de personnes se sont déplacées récemment en fuyant l’État Islamique. De plus, 1,66 million de personnes ont demandé l’asile en 2014, le plus haut nombre jamais atteint. la Fédération de Russie, l’Allemagne et la Suède sont, dans cet ordre, les pays européens ayant accueilli le plus de demandes. Selon le HCR, plus de 380 000 migrants et réfugiés étaient arrivés sur les plages de l’Europe du Sud en septembre 2015, et 216 000 en 2014.

Selon l’Organisation Internationale pour les Migrations, 2 988 personnes sont décédées en Méditerranée en 2015. Les conditions de vie misérables dans des camps de réfugiés de fortune ont contribué à mener la crise des réfugiés migrants en Europe à un niveau si important.

 LES FLUX MIGRATOIRES DE L’AMERIQUE LATINE VERS L’AMERIQUE DU NORD

Pendant près d’un siècle, le flux migratoire des pays latino-américains vers les États-Unis et le Canada a été constant mais très peu analysé en tant que phénomène social. Les facteurs économiques et socio—politiques tels que le chômage, les déficits budgétaires publics, l’instabilité des gouvernements, la désorganisation sociale, les besoins familiaux, les guerres civiles et la corruption administrative ont été les raisons principales de l’augmentation de ce qu’on appelle « la migration des sans papiers ». La majorité de ces personnes travaillent dans des zones à bas salaires et restent marginalisées et discriminées. Il existe 54 millions d’Hispaniques qui habitent aux États-Unis ce qui représente 17 % de la population totale du pays, la minorité raciale la plus importante du pays. En outre, autour de 98 % des 364,768 arrestations en 2012 ont eu lieu au long de la frontière sud des États—Unis. En dehors du coût économique, plusieurs rapports dénoncent la violence et la discrimination systématique de ces immigrants tout au long de leur périple.

 L’ASIE ET LA RÉGION PACIFIQUE

La région de l’Asie abrite 7,7 millions de personnes déplacées, dont plus de la moitié sont des réfugiés, 1,9 million des déplacés internes et 1,4 million sont des apatrides. La majorité des réfugiés sont originaires de l’Afghanistan et du Myanmar (Birmanie). Près de 96 % des réfugiés afghans habitent en Iran et Pakistan.

Depuis des décennies, des personnes de différents groupes ethniques ont fui du Myanmar. On estime actuellement a 500 000 le nombre des réfugiés qui se trouvent dans des pays limitrophes : des personnes originaires des États de Karen et de Karenni (deux États du Myanmar) ont fui en Thaïlande, des Chinois en Malaisie, des Rohingyas au Bangladesh. 1l existe 400 000 déplacés internes au Myanmar, dont plus de la moitié de la population des États de Kachin et Rakhine. 63 % des 3,5 millions des réfugiés habitent en dehors des camps, principalement dans les zones urbaines ou ils sont sans protection.

 L’AFRIQUE

Des nouveaux déplacements récents provoqués par des conflits, violences et violations des droits de l’homme continuent a frapper les pays africains. Malgré la légère diminution prévue du nombre des personnes concernées - de 15,1 a 14,9 millions en 2015, l’ampleur du déplacement suite aux bouleversements concerne autour de 611 000 en République d’Afrique Centrale, 1,5 million en 2013, 200 000 en 2014, chiffre identique au Burundi et 85 000 au Yémen. Les nouveaux combats en République Démocratique du Congo ont produit 2,8 millions de déplacés internes. De la même manière, une proportion significative de la population du Mali, 267 000 de personnes, reste déplacée a
l’intérieur et a l’extérieur du pays L’insurrection dans les États d’Adamawa, Bornéo et Kobe au nord-est du Nigeria a produit 650 000 déplacés qui fuient leurs foyers vers l’intérieur du pays et autour de 70 OOO personnes se sont réfugiées en traversant la frontière vers le Cameroun, le Tchad et le Nigeria.

 LA WACP APPELLE À L’ACTION

Nous appelons tous les gouvernements européens a respecter, soutenir et appliquer la Convention des Nations Unies relative au statut des réfugiés (1951) avec impartialité et célérité.

Nous étendons cet appel au gouvernement des États-Unis d’Amérique afin qu’il adopte et renforce des politiques plus pratiques, flexibles et humaines eu égard le traitement des Hispaniques et autres immigrants dans le présent et dans l’avenir.

Nous appelons les Gouvernements des pays qui accueillent des immigrants à la fin de leur parcours, a agir avec rapidité, impartialité et respect de la dignité humaine lors du processus d’évaluation, de sélection et de décision quant au statut légal des migrants.

Nous appelons à des soins de santé de base aux migrants, en mettant une priorité claire sur la mise en place rapide de mesures d’ordre médical, émotionnel et psychologique.

Nous appelons au respect et à la protection de la dignité individuelle, culturelle religieuse et spirituelle, éléments les plus précieux pour la plupart des gens, après un long voyage migratoire et ses séquelles traumatisantes.

La WACP travaillera activement en vue de l’organisation des réunions internationales sur la Crise mondiale des migrants et ses différentes expressions. L‘objectif est de réunir les membres des gouvernements, des hommes politiques, des avocats, les médias, les communautés, les professionnels de la santé et de la santé mentale, les organisations sociales et professionnelles et les chercheurs a s’engager autour d’une formulation d’actions concrète et coordonnée. Pour concrétiser de tous ces objectifs, il faut poursuivre la collaboration avec d’autres organisations ayant un fort impact politique et international.

Professeur Sergio Javier Villasenor—Bayardo, M.D., PhD.
Université de Guadalajara, Jalisco, Mexique
Président de la WACP 2015-2018
sergiovillasenor@gladet.org.mx

Pr Renato Alarcon MD, secrétaire (Pérou)

Pr Hans Rohlof, trésorier (Pays-Bas)

Pr Albert Persaud (RoyaumeUni)

Pr Hans-Joerg Assion (Allemagne)

Dr Daniel Delanoë et Dr Alberto Velasco (France) pour la version française

Correspondants de la WACP en France :
- Daniel Delanoé, Université Paris 13. Sorbonne Paris Cité, daniel.delanoe@wanadoo.fr
- Alberto Velasco, Praticien hospitalier, CH Sainte Anne, Paris, alberto.velasco@wanadoo.fr

Le texte complet de la déclaration est disponible sur le site de la World Association of Cultural Psychiatry et de la World Cultural Psychiatry Research Review :
http//www.waculturalpsy.org/
http//www.wcprr.org/wp-content/uploads/20...
WACP-Declaration-nov-2015-Final-copy.pdf
http//www.wcprr.org/

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Rechercher

Rubriques

 

Dernières brèves