Vous êtes ici : Accueil » ILLUSTRATIONS CLINIQUES : DOCUMENTS ANCIENS ET CONTEMPORAINS » Les États-Unis s’emploient à mettre fin à la violence liée au genre sur le sol (...)

Les États-Unis s’emploient à mettre fin à la violence liée au genre sur le sol américain et dans le monde

Par Jane Morse | Rédactrice | 31 janvier 2014

D 6 avril 2014     H 08:06     A     C 0 messages


> Cet article est mis en illustration de l’article : Le corps sexué : position du problème

Washington — Le gouvernement Obama redouble d’efforts pour mettre un terme à la violence liée au genre aux États-Unis et dans le monde.

Le 22 janvier, le président Obama a annoncé la publication d’un nouveau rapport qui souligne les efforts entrepris par le gouvernement pour mieux protéger les femmes et les filles de la violence. Le rapport Rape and Sexual Assault : A Renewed Call to Action (Viol et agression sexuelle : Un appel renouvelé à l’action) analyse les plus récentes données fiables relatives aux agressions sexuelles aux États-Unis, répertorie les initiatives prises jusqu’à présent pour combattre ce fléau et identifie les points sur lesquels il convient d’en faire davantage.

« La violence sexuelle n’est pas simplement un délit dont la seule victime est la personne ciblée », a déclaré le président Obama le 22 janvier dernier lors de la réunion du Conseil de la Maison-Blanche sur la condition des femmes et des filles. « C’est une menace pour nos familles et une menace pour nos communautés ; en fin de compte, c’est une menace pour le pays tout entier. La violence sexuelle désagrège le tissu même de nos communautés. »

« Nous avons le pouvoir de changer les choses en tant que gouvernement, en tant que pays, a ajouté le président Obama. Nous sommes en mesure de mettre un terme aux agressions sexuelles, de soutenir les victimes qui y ont survécu et de traduire les responsables en justice. »

Près d’une femme américaine sur cinq a été victime d’un viol au cours de sa vie, selon le rapport. Et près de 98 % des responsables de ce délit sont des hommes.

Remarquant que la lutte contre la violence sexuelle passe par une transformation radicale des attitudes culturelles américaines, le président Obama a estimé que la société doit « encourager les jeunes, hommes et femmes, à comprendre que l’agression sexuelle est tout simplement inacceptable ».

« Nous devons enseigner tout particulièrement aux jeunes gens, a dit M. Obama, qu’ils doivent accorder aux femmes le respect qu’elles méritent, qu’ils doivent reconnaître l’existence de la violence sexuelle et en être scandalisés et, enfin, qu’ils ont un rôle à jouer pour empêcher qu’elle ne se produise en premier lieu. »

Selon le président Obama, l’engagement des États-Unis de mettre fin à la violence liée au genre est inscrit dans la Loi sur la lutte contre la violence à l’égard des femmes, une loi que le vice-président Joe Biden avait œuvré pour faire adopter lorsqu’il siégeait au Sénat. La loi, prorogée pour la troisième fois par le président Obama en 2013, finance la formation des enquêteurs, des procureurs, des prestataires de soins de santé et des défenseurs des victimes. Elle finance également la formation des infirmières spécialisées dans le traitement des personnes victimes d’agression sexuelle, qui prodiguent des soins de soutien aux victimes tout en collectant les preuves médico-légales nécessaires après une agression sexuelle.

Le Conseil de la Maison-Blanche sur la condition des femmes et des filles, créé par décret du président Obama en 2009, doit s’assurer que les organismes fédéraux s’acquittent de leur mission en ce qui concerne l’élimination de la violence liée au genre. Le responsable de chaque organisme fédéral et des principaux bureaux de la Maison-Blanche siège au Conseil, qui constitue le point central en matière de coordination et de coopération afin d’atteindre l’ensemble des objectifs du gouvernement sur ce dossier.

« On peut juger un pays et sa réussite potentielle en fonction de la manière dont il traite les femmes et les filles, a affirmé le président Obama. Les pays qui réussissent doivent ce succès en partie au fait qu’ils reconnaissent la valeur des femmes et des filles. Et je suis résolu à ce que les États-Unis d’Amérique, grâce à cette mesure, jouent un rôle prépondérant sur la scène internationale. »

La lutte contre la violence liée au genre « représente la pierre angulaire des efforts entrepris par le gouvernement [Obama] pour promouvoir l’autonomisation des femmes et l’égalité des genres dans le monde », selon Catherine Russell, ambassadrice itinérante du département d’État chargée des affaires relatives aux femmes dans le monde.

Dans son témoignage du 20 novembre 2013 devant la Commission Tom Lantos des droits de l’homme, Mme Russell a déclaré que la violence à l’encontre des femmes et des filles constituait « une épidémie mondiale ».

« Dans le monde, on estime qu’une femme sur trois sera victime d’abus physiques ou sexuels au cours de sa vie », a précisé Mme Russell.

Mme Russell a également déclaré que la violence liée au genre porte atteinte à la dignité, à l’état de santé général et aux droits de l’homme des millions de personnes qui la subissent, de même qu’à la santé publique, à la stabilité économique et à la sécurité des pays.

En partenariat avec l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), le département d’État, a dit Mme Russell, apporte son soutien aux gouvernements étrangers qui déploient des efforts pour enquêter sur les délits de violence liée au genre et poursuivre leurs auteurs devant les tribunaux ; l’USAID et le département d’État fournissent également des services juridiques et psychologiques aux rescapés, favorisent la prévention en sensibilisant les communautés, nouent le dialogue avec les principales parties prenantes, dont les hommes, les garçons et les responsables religieux, et renforcent les capacités des médias et de la société civile en vue de trouver une solution à ces problèmes.

« Nous collaborons également avec le secteur privé pour mettre en œuvre des programmes créatifs et novateurs qui permettent de prévenir la violence liée au genre et d’intervenir lorsqu’elle se produit, explique Mme Russell. Nous nous efforçons de créer des possibilités pour les femmes et les filles en investissant dans les domaines de l’éducation et de l’entrepreneuriat, afin qu’elles puissent surmonter les divers obstacles, bénéficier d’un pouvoir d’action renforcée et être par conséquent moins vulnérables à la violence, à l’exploitation, à la brutalité et aux abus. »

Le rapport de la Maison-Blanche sur la violence liée au genre (PDF, 447 Ko) est disponible sur le site Web de la Maison-Blanche.


Voir en ligne : Bureau des programmes d’information internationale du département d’État des États-Unis

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Rechercher

Rubriques

 

Dernières brèves