Vous êtes ici : Accueil » ILLUSTRATIONS CLINIQUES : DOCUMENTS ANCIENS ET CONTEMPORAINS » Illustration clinique : Le chemin de la plénitude

Illustration clinique : Le chemin de la plénitude

D 8 juin 2015     H 21:00     A Louÿs Jacques     C 0 messages


 

> Cet article est une illustration de l’article : Contacts avec l’au-delà et visions de plénitude

 

 

La peinture de la Renaissance est bien utile pour trouver des exemples d’illustration du « chemin » religieux, celui de la « porte du Ciel », qui mène à la plénitude béatifique, à partir d’une situation de rejet, de perdition, de déréliction, identifiée à notre condition de mortel. Jusque là, en Occident, l’art est influencé par la pensée plotinienne. Celle-ci privilégie les représentations directes des visions béatifiques, inspirées des récits des saints et des bienheureux témoignant d’une intervention du Ciel envers leur personne : Ciel —> Terre. Le Ciel est parfois évoqué par des putti, des angelots symbolisant l’amour.

Progressivement, à partir du 14e siècle, l’installation de la pensée aristotélicienne et de sa logique pragmatique, fait pencher l’art vers la représentation de notre condition terrestre et des scènes de la vie d’ici-bas. Le chemin du Ciel ne disparait pas tout de suite, mais reste limité à une partie de l’oeuvre, comme un rappel du souhaitable. C’est le chemin de la Terre au Ciel qui est rappelé, comme le retour du refoulé des grâces antérieures, vers qui la personne est appelée à se tourner de nouveau. Il y a vraisemblablement aussi les expériences de « tunnels » de ceux vivant des états de mort provisoire en ces temps d’épidémies incroyables. La personne y monte au Ciel de façon imparfaite. On a redécouvert ces tunnels ces derniers temps dans les récits des revenus à la vie, depuis les progrès de la réanimation médicale : Terre —> Ciel.

 

 

Les « chemins vers le Ciel » veulent illustrer le moment de bascule psychique à partir d’une action de rejet trop marquée et délétère, vers une représentation heureuse et puissante d’une grâce intérieure retrouvée. Plus les bouleversements économiques, les guerres, les épidémies, viennent conforter le comportement pragmatique aristotélicien, plus ce « chemin du Ciel » se montre, au fil du temps, ténu et irréaliste. Pour finir, il n’y a plus que des représentations prosaïques de la vie quotidienne, comme celles de batailles remarquables et de scènes de la vie des puissants du moment. Le chemin du Ciel n’y apparaît plus beaucoup. Les anges, s’ils se manifestent, sont à terre, eux-aussi. Au 16e siècle, le Ciel mythologisé devient une succursale théâtrale de la Terre et se montre très peuplé d’humains.

Sans prétention, pour éveiller la curiosité, voici quelques oeuvres, ou parties d’oeuvres de la Renaissance italienne, dont la succession nous montre cette évolution du « chemin du Ciel ».

Pour rappel, Wikipédia - Renaissance : la Renaissance naquit à Florence grâce aux artistes qui pouvaient y exprimer librement leur art : une Pré-Renaissance se produisit dans plusieurs villes d’Italie dès les XIIIe et XIVe siècles (Duecento et Trecento), se propagea au XVe siècle dans la plus grande partie de l’Italie, en Espagne, dans certaines enclaves d’Europe du Nord et d’Allemagne, sous la forme de ce que l’on appelle la Première Renaissance (Quattrocento), puis gagna l’ensemble de l’Europe au XVIe siècle (Cinquecento). On parle de Renaissance artistique au sens où les œuvres de cette époque ne s’inspirent plus du Moyen Âge, mais de l’art gréco-romain..

Au 13e siècle, c’est encore l’intervention du Ciel vers la Terre qui est la plus mise en valeur :

Au 14e siècle, les deux directions se croisent plutôt :

Au 15e siècle, on est plus à ras de Terre, y compris pour les anges, même si les yeux peuvent encore se tourner vers le Ciel :

Au 16e siècle, le chemin du Ciel persiste dans une mise en scène théâtrale, maniériste, comme pour le Titien (Tiziano Vecellio), source d’inspiration pour les chromos religieuses ultérieures, ou pour le néerlandais Jérôme Bosch, quasi-surréaliste avant la lettre :

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Rechercher

Rubriques

 

Dernières brèves