Vous êtes ici : Accueil » ILLUSTRATIONS CLINIQUES : DOCUMENTS ANCIENS ET CONTEMPORAINS » Illustration clinique : L’isolement du Japon féodal après l’irruption de (...)

Illustration clinique : L’isolement du Japon féodal après l’irruption de marchands occidentaux et les suites de la Guerre de trente ans, en Europe

D 27 juin 2010     H 06:57     A Louÿs Jacques     C 0 messages


Le Japon impérial naît par l’ouest de l’arrivée des Wa d’origine continentale et, depuis deux mille ans, de leur extension par conquête territoriale et matérialiste sur les peuples aborigènes.

 


 

Au 17e siècle, à l’époque d’Edo, un système féodal centralisé et de stricte hiérarchie de classe est installé, dominé par les samouraïs et contrôlé par le shogunat Tokugawa. Toujours expansif, il annexe le royaume des îles Ryūkyū en 1609. Mais, au 16e siècle et au début du 17e, l’épreuve arrive pour lui. Des commerçants occidentaux débarquent, originaires du Portugal et d’Espagne. Puis, viennent ceux des Pays-Bas et d’Angleterre, en guerre avec les premiers. Portugais et espagnols ont déjà décimé, ou anéanti, les peuples d’Amérique centrale et du Sud par leurs colonisations féroces, tout en les convertissant. Les portugais et les espagnols, toujours à la recherche des épices et de l’or, débarquent au Japon avec leur technologie et les missionnaires chrétiens, bien décidés à reproduire leur succès américain. L’arrivée des Jésuites date de 1549. Dès 1565, l’empereur cherche à interdire le christianisme. En 1588, est fondé le diocèse de Funai (Nagasaki) sous protection portugaise. Les Jésuites soutiennent, militairement, les seigneurs convertis au christianisme contre les autres et menacent le pouvoir japonais d’intervenir par la force, en cas d’interdiction de leur religion par celui-ci.

L’ouverture du port de Hirado aux hollandais, ennemis des portugais et s’enrichissant de la capture de leurs bateaux, date de 1609. Les hollandais sont les inventeurs de la technologie financière moderne, notamment de la société à responsabilité limitée par actions, fondée pour ce genre de commerce (la Compagnie unie des Indes orientales). Ils inventent aussi la Bourse d’échange d’Amsterdam, qui permet un échange des monnaies et des actions. Les concurrents anglais, de la Compagnie anglaise des Indes orientales, arrivent aussitôt, en 1613. Ces nouveaux venus négocient leur présence en dénonçant les visées territoriales et missionnaires des portugais et des espagnols, tandis qu’eux jurent qu’ils respecteront mieux l’Empire. Mais, toutes ces arrivées effrayent fort le pouvoir japonais.

L’interdiction de la religion chrétienne au Japon et les persécutions commencent pour de bon en 1614. Bien que le shogun essaie, tout d’abord, d’envoyer lui-aussi ses propres bateaux vers l’étranger, il ferme les frontières en 1635. Le départ des vaisseaux vers l’étranger est interdit et les bateaux de haute-mer japonais détruits. Seuls, les bateaux en provenance de la Chine et des Pays-Bas sont autorisés à accoster, avec des conditions drastiques. Les japonais n’ont plus le droit de quitter le Japon, ni les étrangers d’y entrer sous peine de mort. C’est la fermeture du pays, le « sakoku », comme disent les historiens. Lors d’une grande famine, une révolte de dizaines de milliers de paysans pauvres chrétiens est réprimée dans le sang. Des milliers de paysans révoltés sont massacrés dans un bastion en 1638, avec l’aide intéressée des canons d’un bateau hollandais. Par contre, en 1640, un navire portugais est incendié en rade de Nagasaki et 57 envoyés d’ambassade sont décapités. Le message est clair. Cette fermeture aux intrusions occidentales va durer tout le temps de la dynastie des Tokugawa, de 1635 à 1853. Une minuscule île artificielle est créée dans le port de Nagasaki et reste ouverte aux importations limitées des hollandais. Cette fermeture crée un choc moral important en Occident, qui se divise entre deux camps en guerre.

 


 

Il faut noter qu’en Europe, ce 17e siècle voit se dérouler la Guerre de Trente ans, entre catholiques et protestants, conflit terrible qui déchire le continent de 1618 à 1648. Le Japon peut se fermer efficacement, car les moyens envoyés aux missionnaires du Japon ne sont plus assez importants pour y faire opposition. Les justifications métaphysiques pour le faire s’effondrent, tandis que les occidentaux se déchirent entre eux. C’est un conflit de « métaphysiciens » qui accouche du monde moderne.

En effet, le césaro-papisme, qui essaie de persister en Occident, est sérieusement mis en cause après la Renaissance et l’invention de l’imprimerie, qui diffuse largement les idées métaphysiciennes. Le symptôme de mauvaise conscience métaphysique éclôt lors de la décimation ou de l’extermination des peuples « primitifs » des conquêtes du Nouveau Monde au 16e siècle et à la suite des importations massives de l’argent du Pérou en Espagne. Le catholicisme se confronte à la Réforme, qui ne veut plus assumer les turpitudes et compromissions morales de l’Eglise catholique romaine. La crise se radicalise après le Concile de Trente de 1542, malgré les efforts de conciliation de ses participants. La dispute théologique sur la doctrine de la Justification par la foi, et non par les œuvres qui sont trop douteuses, en devient emblématique. En France, en 1572, le massacre des protestants de la Saint-Barthélémy vient anéantir la paix signée, après trois années de guerre civile entre catholiques et protestants. Vu les forces en présence, il n’est plus possible à Rome de répéter la destruction habituelle des contestataires, à la manière de l’anéantissement des Cathares, ces « Parfaits » « métaphysiciens » du 13e siècle. Le catholicisme romain recule un temps. La reconquête qu’il entreprend entraîne la guerre dans toute l’Europe. Celle-ci s’éternise pendant trente ans. Les troupes ravagent, de façon inouïe, les campagnes. Le parti catholique romain échoue finalement, notamment à cause de Richelieu en France, pourtant cardinal, mais qui s’allie aux protestants pour mieux attaquer les espagnols et les autrichiens. La Compagnie unie des Indes orientales, la Vereenigde Oost-Indische Compagnie ou VOC, devient la société privée la plus puissante au monde. C’est la première multinationale, disposant d’une flotte de guerre propre et d’une armée personnelle qui compte jusqu’à douze mille hommes.

 


 

Les états modernes européens apparaissent à l’issue de cette guerre. Les traités de Westphalie de 1648 sont définis « comme un pivot temporel, seuil de passage d’un ordre autoritaire de type pastoral vers celui de l’établissement progressif d’une gouvernementalité fondée sur une rationalité politique, privilégiant l’économie politique de l’État souverain, ce dernier lui-même fondement du droit international moderne et contemporain. » [1]. La sphère métaphysicienne est à nouveau libre d’évoluer en Europe. Une nouvelle ère, celle des « Lumières » du 18e siècle, s’installe pour de bon. Mais, les déchirements des « métaphysiciens » restent profonds. L’Eglise de Rome n’a de cesse de se radicaliser. La querelle théologique sur la justification par la foi (la gratuité du pardon divin des péchés), n’est dépassée formellement qu’en 1999, par la déclaration commune d’Augsburg entre catholiques et luthériens...

Au Japon, l’isolement, décrété en 1635 en réaction aux intrusions occidentales, sert à stopper l’exportation de cuivre et d’argent et le pillage des richesses du Japon par les étrangers occidentaux. Il empêche les Jésuites de continuer à se mêler de politique. Il protège aussi les religions syncrétistes et bricolées du Japon de l’irruption du christianisme. Les chrétiens du Japon se réfugient dans la clandestinité et deviennent des Kakure Kirishitan (chrétiens cachés). Cela donne du temps au Japon pour accéder à la culture occidentale, par les livres hollandais achetés à Nagasaki. C’est le Rangaku, les “Études hollandaises” (et par extension “Études occidentales”) qui permettent, très progressivement, l’éducation techno-scientifique du Japon. Cela dure jusqu’à l’ouverture, outrageusement forcée, de ses frontières par le Commodore Matthew Perry et ses canonnières à vapeur, à la tête d’une armada de bateaux de guerre américano-européens. Cette nouvelle intrusion violente, provoque, en 1853, la chute du shogunat, l’abolition de la féodalité et la reprise complète du pouvoir par l’Empereur. Le tiers du budget de l’état, qui était versé aux samouraïs, est reversé dans l’industrie de guerre qui se développe. Les révoltes des samouraïs sont réprimées durement dans le sang. La reprise de l’extension matérialiste japonaise peut alors s’effectuer sans limite, avec l’aide de la nouvelle technologie récupérée des occidentaux.

Les guerres contre la Chine (1895) et la Russie (1905), permettent au Japon de conquérir la Corée, Taïwan et d’autres territoires. La fin de la première guerre mondiale laisse le Japon, allié des anglais et des français, insatisfait par le profit qu’il en retire. Il reprend de plus belle sa marche en avant d’extension impérialiste. La Mandchourie est envahie en 1931, la Chine du Nord en 1934 et le reste de la Chine en 1937. Pour riposter à un embargo pétrolier décrété par les USA, suite aux annexions japonaises de la Chine et de l’Indochine, le Japon attaque les USA à Pearl Harbor en 1941. Il est obligé de reculer dès 1942, mais il faut l’emploi des bombes atomiques américaines pour que le Japon capitule en 1945. Ensuite, pendant la guerre de Corée, l’industrialisation du Japon galope de nouveau. Il se développe au-dedans par une production abondante de marchandises à bas prix, mais tout bascule. En 1968, le Japon, devenu non-agressif dans sa constitution même, est la 2e économie mondiale exportatrice. Le voilà devenu métaphysicien à son tour, modèle de la techno-science moderne et des brevets d’invention. Aujourd’hui, le Japon envoie des fusées autour de la lune. Nos enfants apprennent à penser avec les Pocket Monsters, les Pokémons, émanations des Kami, les esprits shintoïstes. Les adultes occidentaux se pénètrent de la métaphysique Zen. Le thon rouge est en voie de disparition en Méditerranée pour satisfaire la mode des sushis.

 


Popularité :
1963 lecteurs au 01/12/2013


[1 Wikipédia : La Guerre de trente ans

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Rechercher

Rubriques

 

Dernières brèves