Vous êtes ici : Accueil » ILLUSTRATIONS CLINIQUES : DOCUMENTS ANCIENS ET CONTEMPORAINS » Dépersonnalisation/déréalisation : l’histoire d’une guérison - témoignage (...)

Dépersonnalisation/déréalisation : l’histoire d’une guérison - témoignage actuel

D 2 mars 2009     H 19:30     A SHABITAPII     C 35 messages


J’ai 16 ans et j’ai souffert de DÉRÉALISATION durant 8 MOIS (ça m’arrive encore quelquefois, mais très faiblement). 
 



Je m’explique. J’ai fumé deux joints, probablement d’un mauvais stock et j’ai fait mon DEUXIÈME badtrip de ma vie. Mais contrairement à l’autre, il a duré... 8 mois. C’est sûr que ce n’était plus les sensations du joint qui me possédaient, mais le rêve était pénible et constant. Je ne pouvais plus me concentrer sur quoi que se soit. Cette pensée d’irréalité me hantait. Je cherchais désespérément et continuellement des preuves de réalité, car j’étais persuadé que je vivais dans mon rêve et que je ne réussissais pas à me réveiller. Après un certain temps, je ne réussissais même plus à différencier ce que je vivais la nuit (dans mes rêves) de ce que je vivais durant le jour (ma réalité). 
 


Je faisais au minimum une attaque de panique par jour. J’ai développé un trouble de stress post-traumatique (dû au badtrip). Je faisais des rêves dans lesquels je revivais mon badtrip. Je souffrais d’anxiété généralisée (mais pour ça, je crois que tout le monde souffrant de déréalisation a le trouble d’anxiété généralisée). J’étais persuadée que c’était le cannabis qui était resté dans mon sang ou dans mon cerveau. J’étais sûr que je devenais tranquillement schizophrène. Je ne savais vraiment pas ce que j’avais et ça empirait mes crises de panique et mon état. 
 


Mes crises de panique était accompagné d’une DÉPERSONNALISATION intense : on ne se sent qu’une tête, le corps ne nous appartient plus ; comme dans la déréalisation, tout devient inconnu, perdant tout son sens ; même les gens qu’on croit connaître, on ne pense plus vraiment les connaître ; on se sent vide et sans vie ; il ne nous reste que la pensée,mais il n’y a plus aucune émotion ou état de contact avec la réalité qui nous appartient.

Je ne savais plus qui j’étais ce que je faisais sur terre. Ce qui me passait par la tête durant ces 4 minutes de panique se résumait à ’’QUI SUIS-JE, OÙ SUIS-JE, QU’EST-CE QUE JE FAIS ICI, OÙ DOIS-JE ALLER, QU’EST-CE QUI SE PASSE, JE VAIS MOURIR’’... vraiment traumatisant. 
 


Je suis allée voir l’éducatrice en prévention de la toxicomanie, car je croyais avoir des séquelles au cerveau dus au cannabis, mais elle m’a juré que ça ne pouvait pas être ça. 
 


Des spécialistes et des gens ont commencé à m’expliquer que je souffrais d’anxiété et rien d’autre. Mais comme je ne connaissais pas de nom à ce problème j’éclatais continuellement en sanglot en disant : ’’Mais ma VUE, ma VUE, n’est pas normale, ça ne se peut pas que ce soit SEULEMENT de l’anxiété, je n’y crois pas, il y a AUTRE CHOSE’’.

Je pensais probablement avoir à rencontrer des psychiatres, pour soigner ma schizophrénie (car j’étais persuadé que c’était ça et rien d’autre)... même si tout le monde sait bien qu’un schizophrène ne se demande pas s’il y est schizophrène. 
 
J’ai fini par rencontrer mon médecin, qui m’a référé à une psychothérapeute spécialiste en anxiété. Je n’y croyais pas, mais j’acceptais toute proposition d’aide. J’étais vraiment en désespoir intense. Ce qui m’a étonné, c’est qu’elle avait de l’expérience en psychiatrie et avec des schizophrène ; alors elle comparait souvent mon cas à la schizophrénie pour me rassurer. J’avais de la difficulté à la croire, mais bon, j’essayais. Elle a commencé à me faire des séance de EMDR : c’est un mouvement avec les doigts (ressemblant un peu a l’hypnose) qui aide a oublier et à accepter les expériences traumatisantes du passé. Après chaque séance, il m’arrivait d’oublier la déréalisation, mais ce n’était pas long avant que ça recommence. C’est elle qui a trouvé un nom à mon problème, même si j’avais déjà fait quelques recherches sur internet. Elle a confirmé que je souffrais d’un trouble dissociatif, mais bon, elle affirmait que je ne deviendrait jamais folle et que ce n’était pas quelque chose qui laissait des séquelles au cerveau, ni un début de schizophrénie. 
 


Sinon, au quotidien, j’avais toujours cette sensation de film ou de rêve 24h/24h. Difficulté à communiquer, car je me sentais bizarre et différente d’avant. Je ne voulais pas qu’une autre personne le réalise et ne veuille plus me parler à cause de ce changement. Je me posais MILLES ET UNE questions, j’analysais tout ce que je voyais, l’attitude des gens, comment ils s’assoient, bougent et parlent, le sens des choses et de la vie, DU POURQUOI DU COMMENT, etc. Tout passait par l’analyse, je ne réussissais jamais à profiter du moment. J’analysais TOUT ET N’IMPORTE QUOI (un peu encore aujourd’hui, mais en moins obsessionnel). 
 


Comme je pensais continuellement à quelque chose (analyse, sens de la vie, etc.), j’essayais quelques fois d’arrêter de penser (car ça devenait insupportable), mais tout le monde sait qu’il est impossible d’arrêter de pensée. Mais pour moi, c’était vraiment envahissant. Le seul moyen que je trouvais pour arrêter de penser était de me rentrer une chanson dans la tête. Quand je voulais arrêter de penser à mon problème, je devais absolument chanter dans ma tête ou à voie haute, sans quoi je recommençais à tout analyser. 
 


Par la suite, j’ai commencé une angoisse devant le miroir. Je n’arrivais plus à associer ce que je voyais avec ce que j’étais, comme si je voyais le corps que j’ai toujours eu, mais que maintenant je me sentais PLUS que ça, comme si j’avais vieilli intérieurement, trop rapidement. Ça me foutait la trouille, je croyais encore que je devenais folle, même que des fois ça pouvait partir en attaque de panique. 
 


Ma psychothérapeute m’a rassurée, en me disant que c’est dû au changement de point de vue par rapport à la vie et parce que j’avais beaucoup appris sur moi en peu de temps. 
 


Par la suite, j’ai rencontré un médecin-psychiatre, qui a aussi affirmé que c’était un trouble anxieux et que la déréalisation à long terme était due à un état de panique TROP constant. Comme si le fait d’être en panique constamment, nous faisait TOUT analyser. Alors cette espèce D’HYPERSENSIBILITÉ à tout finit par changer notre vue pour être capable de mieux tout analyser... ce qui se résume à un cercle vicieux très souffrant. Elle m’a prescrit des antidépresseurs ; j’ai commencé avec 50 mg et aujourd’hui et je suis à 150 mg. On a augmenté tranquillement. A partir du moment où je suis arrivée à 75 mg, les attaques de panique ont disparu. Arrivée à 100 mg, je commençais à oublier quelques fois la déréalisation, mais dès que j’y pensais elle revenait. Ensuite, à 125 mg, tout est parti.. Je ne me souviens pas d’un moment précis où tout s’est arrêté, mais l’anxiété et la peur d’avoir peur étaient moins présentes. C’est comme si j’avais finit par oublié cette espèce d’hypersensibilité. Faut dire qu’il y avait ma psychothérapeute derrière tout ça qui m’écoutait et me rassurait une fois par semaine. 
 


Aujourd’hui (à 150 mg) je suis encore anxieuse. J’ai peur pour rien, j’ai des moment de déréalisation, souvent lorsque je marche vite (stress plus expérience du badtrip). Mais grâce au truc de ma thérapeute, je réussis à me ramener à la réalité... ou encore juste à me rassurer, même si la déréalisation reste quelques minutes. Je me rappelle intérieurement durant ces moment, que ce n’est pas quelque chose de dangereux, que OUI c’est désagréable et éprouvant, mais que ça va passer et que c’est du à l’anxiété. Ce n’est pas un trouble de folie. Toutes ces petites phrases auto-rassurantes m’aident a passer au travers durant les moments les plus durs. Mais sinon, en général, c’est fini. Je vis maintenant dans une réalité assez commune. C’est sûr que maintenant que je sais ce que mon cerveau peut faire, je ne vis plus ma vie comme avant, mais je suis heureuse d’être passée par cette expérience et d’en avoir appris autant. 
 


GARDEZ ESPOIR, ÇA VA PASSER !!!

 

De mon côté, je vais avoir besoin d’un an de thérapie avec un spécialiste avant d’arrêter l’antidépresseur.


Popularité :
161922 lecteurs au 01/12/2014

35 Messages

  • 1
    tkt tkt
    27 mars 2011 @ 16:40
    oui jai la méme choche et dla méme maniére mai je cei que jvé le surmonté seul

    2
    gwen
    30 mars 2011 @ 21:12
    quel est le nom de ton antidepresseur

    3
    sb f
    4 avril 2011 @ 14:15
    C’est vivre artificielement la derealisation. Si c’est le cas tout le monde parle de 2 ans de 3 moi etc... moi je c’est pas depuis quand, depuis toujours le monde etant ce qu’il est ce que nous somme , trop evolue donc j’analyse souvent trop et comprend pas car ya pas de suite logic de but ultim si ce n’est que d’amiliorer ou amoindrir la recette. On ne peut que forger la vie pas totalement la controler je dit que meme si on a la meilleur famille du monde ami ect ya un certain destin incotrolable qui nous pousse a notre fin c ;est cette fin qui rend tout les objectif ou but ininteressant . Je crois qu’il y a une puissance superieur qui descide si certain son pour etre damner ou pas

    4
    9 mai 2011 @ 21:31
    Moi ça va faire 8 ans que j’ai ça. J’en peux plus, je sais pas quoi faire... je sais même pas ce qui me prend de raconter ça ici, ça sert à rien mais bon...

    5
    Djigaa
    3 août 2011 @ 13:57
    Salut, j’ai 27 ans bientôt et ça va bientôt faire 10 ans que je supporte ça... Mon 2e joint (à 17 ans) à tout brisé en moi. Je regretterai à jamais d’avoir été tenté par ça car je souffre intérieurement, mais quelque part, je me dis que ma « nouvelle » vision des choses m’en fait apprendre beaucoup plus sur moi même. Enfin, ceci dit, j’aimerai que tout cela cesse. Je fais beaucoup de sport et même si l’idée de prendre des antidépresseurs me tente, l’idée de n’être plus qu’une loque me terrifie. Je dois me faire opérer dans une semaine, je suis angoissée (état de panique intense) de savoir que je serais anesthésié et là je me dis que j’aurais mieux fait de traiter mon problème de dépersonnalisation / déréalisation car je suis dans l’impasse. Vos avis sont les bienvenus. Mon adresse mail pour en discuter : jennyup@hotmail.fr

    6
    cath
    26 octobre 2011 @ 13:51
    un conseil : prends des omega 3, les miens sont naturels et la depersonnalisation est beaucoup moins intense qu’avant, je te dirais meme que parfois je ne la ressent plus du tout. Il y a d’autres moyens que les anti-depresseurs et ceux-ci sont totallement naturels. Mais surtout, le meilleur remède c’est de se dire que l’on est jamais seuls et que tout va bien aller. Relaxe, prend un bon bain chaud, un massage, ecoute la musique que tu aimes, prend la vie comme elle vient. ne t’inquiète pas, il y a encore moyen de profiter de la vie !

    Courage

    7
    sophie
    5 mars 2012 @ 18:12
    Oui je suis d’accord les Oméga 3 c’est très bien, à prendre sur une très longue période, il y aussi le ginseng qui stimule et aide à la concentration. Pour ce qui est des anti-dépresseurs je suis d’accord, ce n’est pas la meilleurs chose, cependant ça aide très bien sans pour autant shooter ou rendre chaos. J’ai été très longtemps sceptique puis j’ai essayé et constaté que cela m’aidait énormément. Donc faire confiance aux médecins, en revanche il ne suffit pas de se dire j’ai des AD ça va mieux, c’est terminer. Il faut travailler sur les causes, les mécanismes qui ont déclenché la déperso et solidifier notre ETRE pour pouvoir ensuite arrêter les traitements tout doucement. Courage

    8
    ...
    24 mars 2012 @ 18:55
    c’est rassurant de lire ça ... jviens dm’appercevoir que je l’etais dut au cannabis et je me sens perdu .. triste et j’ai peur de ce qui m’arrive .. :( mais en lisant ton texte et sachant que j’ai ma famille j’v essayer de surmonter ça seul

    9
    Elena
    11 mai 2011 @ 23:20
    J’aurais aimé faire plus ample connaissance avec toi, puisque ce que tu as vécu, je le vis désormais depuis un mois. J’ai sincèrement besoin de discuter avec quelqu’un qui s’en est sorti afin d’être rassurée. J’ai bien peur que cette déréalisation dont je souffre ne se soit pas installée de façon durable et définitive. Tous les autres témoignages que j’ai pu trouver sur internet sont bien trop effrayants, certains ont en souffert pendant plus de 30 ans, et lire ça enlève tout espoir. Étant donné que tu as pu te relever et reprendre le dessus, je te laisse mon mail (h.vujicic@live.fr) afin que nous puissions échanger nos expériences. En espérant avoir rapidement de tes nouvelles. Cordialement.

    10
    Rozenn
    29 mai 2011 @ 13:11
    bonjour,

    Suite au témoignage dAirel

    Je suis très touchée par ton témoignage porteur d’espoir. Ma meilleure amie qui a 24 ans vit le sentiment de déréalisation en permanence depuis l’age de 14 ans suite a un choc post traumatique, ses médecins sont impuissants pour la soulager. Aujourd’hui elle a tout les symptômes écrit dans ton témoignage et elle a lu beaucoups sur internet comme quoi on ne pouvait rien faire pour soulager ces symptômes et qu’il n’y avait pas d’espoir. Aujourd’hui elle pense qu’à mourir car elle est totalement déréalisée et n’a plus l’impression d’être dans ce monde. Elle n’est pas schizophrène c’est l’effet résultant d’un très violent traumatisme survenue à ses 14 ans. Discuter par mail avec quelqu’un qui a traversé ça même si l’origine du problème est différente. Peut être simplement pour indiquer le traitement et le nom des thérapeutes qui ont pu t’aider.J’espère que tu vas toujours bien maintenant que tu pourras avoir mon message car ton post date de mars 2009. Ce serait formidable pour moi de te mettre en relation avec elle si tu es d’accord en te donnant son adresse email ! Si tu es d’accord peux tu me répondre mon adresse email.

    Meci d’avance pour toute aide que tu pourras me donner pour aider mon amie. Elle n’a que 24 ans et je suis très malheureuse de la voir dans cet état impuissante pour l’aider.

    Rozenn

    11
    Damien
    7 juin 2011 @ 21:17
    J’ai la même chose , et je viens , je pense de comprendre que je « souffre » de la même chose que toi ! Et que le point commun que nous ayons , c’est que pour moi ,c’ ’est survenue après un bad trip également (cannabis) ! Je n’ai pas d’angoisse aussi forte que celle que tu décris, cela fais Par contre j’ai symptôme de vision saccadée que j’avais eu durant mon bad trip et qui reviens lorsque je suis fatigué , en pleine journée avec des genres de perte de l’équilibre, comme si je contrôlais mes jambes sans les sentir !

    Je suis en ce moment super heureux d’avoir compris ! Merci

    J’aimerais rencontré quelqu’un qui à des symptômes similaire au miens !

    12
    Hakim
    12 juillet 2013 @ 15:54
    Je viens de lire ton message et j’ai des symptomes similaires aux tiens. Meme s’ils datent de juin 2011, et j’espere que ca s’est retabli pour toi, j’aimerais pouvoir en discuter avec toi.

    N’hesite pas a me repondre par mail

    A bientot

    13
    Damien
    7 juin 2011 @ 21:22
    Je peux aider, je vis avec, je comprend ! bg-cowboy@hotmail.fr


  • 14
    Unangepasse
    20 septembre 2011 @ 16:34
    Bonjour,

    Les troubles dissociatifs dont font partie la dépersonnalisation sont souvent provoqués par des chocs émotionnels qui nous mettent en état de « mini-maxi schizophrénie », comme un disjoncteur qui se mettrait hors tension pour éviter un court-circuit électrique. Se produit comme une dichotomie entre le cerveau émotionnel et le cerveau « cérébral ». L’EMDR peut grandement aider à nous-reconnecter avec nous-mêmes. Sinon, il faut parfois beaucoup de temps avant que les choses se remettent en place toutes seules. Bon courage à tous ceux qui vivent ces horribles sensations. Je suis passée par là à différentes époques de ma vie, souvent après de gros chocs émotionnels. Je vous confirme qu’on en sort mais il faut trouver les bons thérapeutes et les bonnes techniques qui, malheureusement ne sont pas toujours remboursés par la Sécurité sociale.

    15
    Caroline
    26 juin 2011 @ 22:37
    j’ai enfin pu mettre un nom sur cette bizarrerie qui me suis au quotidien depuis 8ans . Mais heureusement se n’est pas 24h/24 ! mais c’est dur car peu de gens comprennent . ma cousine aussi en souffre, c’est la seule à me comprendre ( dans ma famille et mes amies ). ce qui est dur c’est que ça arrive comme ça et que ça dure jusqu’au couché . Je ne me rends même plus compte, peut-être que ça me le fait tout le temps en fait. J’espère que je n’aurai pas ça toute ma vie ... parce que ce sentiment d’irréalité c’est très désagréable, j’ai l’impression de passer à côté de partie de ma vie, de ne pas profiter, c’est compliqué à expliquer en plus ! Caroline, 18ans.

    16
    yassine
    18 août 2011 @ 00:33
    salu c yassine de casablance meme truc depuis un semaiine voila mon msn yassine10zidane@hotmail.com et mon facebook yassine truelove pour ceux qui veut en parler !! jai besoin de vous

    17
    Jenjen
    23 août 2011 @ 11:41
    J’ai 16 ans et je vis la même chose que toi depuis 1 mois et demi à peu près, je suis rassurée parce que je pensais vraiment commencer à devenir schizo (ce qui je pense est presque impossoble puisqu’un schizo ne se rend pas compte qu’il devient fou), personne autour de moi ne peut comprendre ce qui m’arrive et j’ai même peur d’expliquer tous ces symptômes.... Je suis allée voir une pédopsy qui m’a dit que je n’avais rien d’une schizophrène mais même ça ça ne m’a pas rassurée. En Mars j’ai vécu un choc et suite à ce choc toutes les choses que j’ai enfouie en moi depuis plusieurs années sont ressorties sous forme d’angoisses, j’ai vécu trois mois d’angoisses intenses et un matin en juillet quand je me suis réveillée j’ai commencé à ne plus percevoir les sons comme avant, ni les choses, ni ma pensée et ça me fait vraiment peur ! Connais-tu d’autres moyens à part les médicaments pour s’en sortir ? Je te laisse mon e-mail : jenny_du56@hotmail.fr

    18
    playeur
    17 septembre 2011 @ 23:49
    moi tout a commencer aussi suite a un joint, jai fais un bad trip et apres pendant 3 mois jai été dans cette état de vivre dans un rêve en permanence je disait a ma soeur ,je vis dans un rêve pas la réalité.bien sur personne ne me comprenais.c’est telement horible a vivre c’est meme insupportable je pensais même en finir la je preferais mourir que rester comme ca. je ne voyai plus les chose comme avant comme un brouillard.jété téléspectateur de ma vie mais non acteur plus rien me faisait plaisir et personne ne pouvais me rassurer.je devais dormir avec ma soeur car javais peur je sais même pas de quoi mais j’avais l’impression de ne plus savoir ou j’atais et pareil desfois javais des crise d’angoisse de quelque minute d’impression de vide.mais apres quelque mois et plien de larmes versée je continuai a vivre le mieu possible avec cette déréalisation et petite a petit je me sentai mieu jusqu’au jour ou je suis redevenu normal cette periode c’est produit il y a 10ans ca a durer 3 mois environ,mais a cause de cette merde que jai fumer quand je suis trop anxieuse fatigué,angoissé ma dépersonnalisation revien en moin intense et normalement moin longtemps mais elle revient.je pense que maintenant que ca a commencer je n’en aurait certainement de temps en temps dans ma vie quand je serai trop angoissé mon cerveau reagit et ce met sur pose.je vous conseil de vivre le mieu possible avec beaucoup d’activité n’arrêter pas de travaillé ou les cours ect c’est grace a ca que jalais mieu car mon esprit etai ocupe a autre chose et jy pensait moin et un jour je suis redevenu normal et aussi jai remarque plus on y pense ou on a peur que ca vienne que ca revien cercle visieu.et faite vous aidez par anti depresseur si il le faut moi jete prete a tout pour redevenir normal.ne rester pas seule faut s’ocuper l’esprit au maximum pour redemarrer la machine !(le cerveau) remettre sur play.courage a tous.courage c’est pas vivre mais survivre a ce moment je vous comprend telement jai soufer un mal etre énorme ca été l’experience la pire de ma vie.

    19
    geoffrey
    5 octobre 2011 @ 20:14
    moi je souffre aussi de depersonalisation j ai que 20 ans et tout les jour je me sens pas moi meme c est horrible je vai etre papa comment faire pour que sa parte je me dis parfois la seul choses c dans finr aidez moi merci

    20
    alain
    25 mars 2012 @ 22:05
    bonsoir, j’ai 45 ans et j’en souffre aussi,jusqu’à présent je pensais être schizophrène, mais je suis de nature très anxieuse et phobique. alors courage tout fini par passer, mais il est important de se faire aider déjà pour se rassurer... alain.

    21
    Wicket
    23 octobre 2011 @ 15:04
    Bonjour, merci pour ton témoignage ça fait vraiment du bien de savoir que l’on est pas seul à avoir vécu cela et qu’il y a toujours de l’espoir. J’ai 20 ans et je vis ça depuis 3 mois après un bad trip à l’hosto, mais je m’en sort petit à petit.Pour vous donner une idée quand ça m’est arrivé, je n’osais même plus sortir de chez moi pour allez cherchez une baguette de pain, c’était trop difficile pour moi je croyais mourir à chaque instant. Maintenant j’ai réussi à reprendre une vie à peu près normale avec des hauts et des bas même si je n’en suis pas complètement sorti. A tout ceux qui sont dans cette situation, gardez espoir, la vie finira pas reprendre le dessus. Éviter aussi les anti-dépresseurs tant que possible, comme dit dans l’article ils sont peut être efficace mais on mets du temps à s’en debarasser.

    22
    Lafamille
    27 octobre 2011 @ 23:20
    Bonjour,

    comme vous tous je suis atteint de cette « maladie » depuis désormais 11 mois (jai 22ans). Celà m’est aussi arrivé après la prise de cannabis, alors que je n’en prend quasiment jamais. Le bad qui en a suivi a bouleversé ma facon de voir les choses. Pas la peine de lister ce que je ressens, cela correspond à ce que tout le monde décrit, avec je rajouterai une sorte d’agoraphobie et l’impression de voir en 2D. Je suis sous seroplex depuis 5 mois et je n’ai pas vraiment l’impression d’aller mieux du coté de la déréa, même si l’état presque dépressif dans lequel j’étais a disparu. Je pense que n’importe qui peut s’en sortir, qu’il suffit de savoir et de comprendre pourquoi notre corps réagit de cette manière. Pour moi, j’en connais la source, surement due à une situation familiale relativement compliquée ces dernières années, mais elle est différente pour chacun. J’ai décidé de me lancer dans une psychotherapie il y a 6 semaines, et je continuerai jusqu’au jour ou je me dirais « ca y est, je vis ». Comme tout le monde, j’en ai marre que la vie me passe sous le nez. Et pourtant je fais des choses, je voyage, dernierement je suis allé à Shanghai, Hong Kong, New York, Montreal et Marrakech, mais a chaque fois, malgré ce depaysement, l’angoisse est là. Il faut se battre, trouver ce coté sombre qui se cache en nous et lui botter le cul. Ce qui me rend fort, c’est que d’ici peu, d’ici peut-etre un an, je reviendrai sur ce forum pour poster un message de guerison, d’espoir et de motivation, pour raconter à tout le monde ce que j’ai vécu et qu’il faut absolument ne pas perdre espoir, car j’en suis sur, la vie vaut la peine d’etre vecue, et cette expérience nous sera très bénéfique.

    23
    Courage
    10 novembre 2011 @ 14:27
    Bonjour, quand je lis tout ça, j’ai jute envie de pleurer, je ne comprends plus rien, j’ai fait une crise de panique il y a 2 mois, et depuis tout est èa l’envers, j’essayais de me convaincre que c’était juste de l’anxiété, mais tout est tellement bizarre, quand je regarde autour de moi. les gens que je cotois ne voient pas vraiment de différence dans mon comportement mais moi je me sens tellement mal. C,est constant, je ne suis jamais bien, toujours en train de pensez d’analyser..C,est très dur a expliquer cette sentation. Je vois que je ne suis pas seule a vivre sa. tout ce que je veux c’est une preuve qui me montre que sa me sert a quelque chose de me battre. mais il ny en a pas. pour chacun le parcours est different, il faut s,accrocher mais cest tellement difficile. jaimerais profiter de la vie comme les autres mais jen suis incapable et ca me fait tellement mal. jai hate daller mieux. je continu dy croire meme si une partie de moi est convaincue que je resterai comme sa...sa doit etre la peur qui parle.. mais mon cœur maidera et mes proches aussi. bonne chance a tous.nous allons tous nous en sortir la tete haute okkkk ? il faut.

    24
    6 décembre 2011 @ 19:56
    Non, on ne reste pas comme ça, oui ça sert à quelque chose de se bagarrer. Je peux le dire après avoir eu « ma dose » de ces envahissantes et violentes impressions d’irréalité. C’est vertigineux, impression de vivre l’expérience de la folie, de s’observer vivre et parler, d’un décrochage/décollage du réel en pleine conscience, véritable expérience métaphysique, mais traumatisante. Et la conviction qui s’installe qu’on doit être malade, qu’on devient schizophrène (comme si on savait ce que c’était ! absurde : le simple fait de cette hyper-conscience du phénomène prouve que l’on n’est PAS malade)... C’était d’autant plus terrorisant qu’il y avait un cas dans ma famille très proche. L’enfer. Tout ce qui est décrit ici, je sais trop bien ce que ça signifie, même si c’est vrai que chaque parcours est différent. Pour moi et contrairement à de nombreux témoignages ici, il n’y a eu aucun joint (en revanche un médecin généraliste que j’avais consulté suite à ces symptômes m’avait très clairement dit de ne JAMAIS fumer un joint, et ça ne risque pas de m’arriver !). Mais sans doute des éléments déclencheurs (problèmes familiaux) sur un terrain fragile. L’expérience est très étrange : je peux dater au jour près le moment où ça a commencé à l’époque : 3 novembre 1993... Ca m’a tellement marquée que je n’ai pas fini de m’en souvenir. J’avais 17 ans à ce moment. Mais ca m’était déjà arrivé toute petite, vers 6 ans, de manière très ponctuelle mais violente. Je me souviens d’avoir alors fondu en larmes, incapable d’exprimer ce qui m’arrivait. Ca recommence depuis quelques jours, ça faisait très longtemps !, et voilà pourquoi je suis tombée sur ce forum, ce que je ne fais jamais sinon. C’est un des avantages d’internet après tout et c’est d’ailleurs une différence majeure : il y a 18 ans le fait de ne trouver personne qui comprenait un peu ce que je voulais dire me paniquait encore plus. Je ne pouvais pas en vouloir à ceux à qui j’essayais d’expliquer la chose de me regarder avec l’air de dire « Elle n’est pas nette celle-là » et j’ai totalement arrêté d’en parler. Ce qui n’arrange pas les choses : on fait semblant que tout aille bien, et d’une certaine manière cela augmente le processus de dissociation d’avec cet individu que l’on observe en train de vivre et qui est pourtant moi-même. Ca a fini par passer : je peux l’as-su-rer. Oui, ça revient de temps en temps, à des moments de grand chamboulement, de grosse fatigue intellectuelle, de gros stress. Mais de moins en moins souvent, et ça repart aussi, assez rapidement. Personnellement je crois que les médicaments m’ont fait plonger plus qu’ils ne m’ont aidée. On m’a donné à l’époque des anxiolytiques et antidépresseurs qui n’ont eu aucun effet sur le symptôme lui-même mais dont j’ai subi tous les effets secondaires, trous de mémoire, somnolence et compagnie. Résultat, j’ai arrêté puis redoublé mon année de terminale. En revanche continuer ses activités, son boulot (et ne pas se « complaire » dans le symptôme), parler, dormir (le cerveau surchauffe dans ces moments...), vivre le plus sainement possible (alimentation, sport, activités manuelles mais qui demandent une concentration sur le geste ou l’objet), bref s’occuper l’esprit pour ne pas tomber dans le cercle vicieux du « j’y pense donc ça vient, ça se produit donc j’y pense, etc...) est primordial. Ca ne veut pas dire occulter le problème, mais déjà le gérer au quotidien, et mon expérience en la matière m’a montré qu’il disparaît d’autant plus vite. Certes une bonne petite psychothérapie doit pouvoir aider à démêler des problèmes qui font ce »terrain psychique« propice aux »déraillements« de la conscience de soi. J’ai expérimenté ça aussi et si ça n’a pas été d’une efficacité concluante, c’est probablement que je ne suis pas tombée sur la bonne personne et/ou que je n’ai pas su ou pu en tirer parti. Je n’étais tout simplement pas en état. Dans ces moments-là on cherche d’abord à être rassuré, c’est une sorte d’urgence psychologique que ceux qui n’ont pas vécu la »chose" évaluent difficilement peut-être. Idées de sauter par la fenêtre, crises de larmes et de panique, etc... Il a fallu des mois à l’époque pour que ça s’estompe, parce que ni moi ni mon entourage n’a su comment réagir mais j’en ai été débarrassée ensuite pendant des années, avec,j’oserais même dire, une capacité décuplée de goûter les choses et la vie. Débarrassée à part quelques accès ponctuels. Je suis à nouveau dedans depuis 3 jours mais je « maîtrise » et je sais que ça va passer vite. C’est simplement ma/notre manière de réagir à un stress psychique, quand d’autres ont des TOC, des phobies, que sais-je... Donc stop à la panique. Je me fâchais à l’époque quand quelqu’un me disait cela, ça me paraissait tout simplement trop facile à dire et trop insupportable pour que je puisse avoir la patience d’attendre que ça veuille bien passer. Et bien, nous avons des ressources insoupçonnées de résistance et d’adaptation. Désolée d’avoir été longue. Mais j’aurais aimé il y a 18 ans pouvoir lire les témoignages qu’on trouve ici. Oui ça passera, oui tu t’en sortiras.


  • 25
    2 janvier 2012 @ 21:09
    Je vis la même chose depuis deux semaines, sauf que je reste enfermee dans ma chambre. Quand je sors le lendemain je ne me rappelle pas que c’est moi qui y etait. J’ai l’impression que c’etait y a des mois, ou des jours. Je suis allee a la soiree du nouvel an chez un ami, super contente d’avoir franchie ce cap mais l’idee de ne plus reellement me rappeler l’avoir vécu me panique. J’en parle a ma mere mais elle commence a s’agacer. J’ai déjà eu des crises de panique auparavant mais jamais aussi longtemps et seulement quelques minutes par jour. Ma vision des choses a changer comme si j’etais dans un reve pourtant mon dernier joint date de 1mois et cela fait environ 2semaines que je suis comme ca. Peut etre un etat de fatigue intense et de l’anxiete, je pense surtout qu’il faut sortir et essayer de faire abstraction. Se dire « je m’en fous, je vis ». Bon courage a tous !

    26
    astro
    20 janvier 2012 @ 18:27
    Salut je suis dans le meme cas que toi depuit 1 semaine c’est la deuxieme fois que ca m’arrive et que je vie cette sensation etrange chaque matin en me levant je me dit que ca va passez mais je replonge dans une sale journée de cauchemard comme toi je me dit la meme chose « j’men cogne,cava passez » pour me redonner courrage il est trés important pour moi dans parlez surtout a des gens qui le vivent donc je te laisse mon mail si tu veut en discutez n’esite pas astroparis@hotmail.fr

    27
    thomas
    19 janvier 2012 @ 03:33
    je voulais te dire merci pour ce témoignage il est très beau et très bien expliqué !!! tu pensais avoir été longue mais moi je trouve qu on pourrait encore y rajouté comme le faite d apprécier les petites chose de la vie, et de faire des choses qui nous plaise qui nous détente, d éviter de s encombré de personnes ou circonstance qui nous stress, car je pense que l atout majeur de cette calamité c est bien le stress, les responsabilité etc etc.. et surtout d accepter cette maladie pour pouvoir mieux la combattre. de ce dire que effectivement rien ne sera plus pareille qu il va falloir prendre un autre train de vie, apprendre a manger et boire mieux des complément si y faut des omega 3... bon je dit tout ça mais je ne l ai pas encore mit en pratique enfin +- car je suis ce genre de personne qui est fort en parole mais pas en pratique et c est en parti a cause du syndrome tout ça pour dire plus facile a dire qu a faire. moi je pense que tout les deperso ou déréalité, nous sommes tous des personnes sensible très sensible !! et moi je pense que c est se qui met arriver, vers mes 16 ans. aussi avec un choc post traumatique et de la beu par au dessus, mais j en suis pas c est la en tous cas que j ai connu mes première angoisse et ensuite mais première dépression, d ou mes premier antidépresseur, qui je dois dire a l époque m ont aider malheureusement car une fois arrête, je pense que c est la que ça commencer sans savoir vraiment ce qu il m arrivait, mais contrairement a vous moi, ma dépersonnalisation n as jamais été très forte fin pas comme certain raconte sur les forums. j ai tjs eu des haut et des bas j arrivais a vivre avec même sans me rentre compte sur le moment présent que j étais en plein de dans c étais pas après que ça me faisait tilte. ai je rêver étais bien moi ... ce n est que part après quelque année que ça c est empiré, des grosse panique, l imression de devenir fou, sckyzo etc ect jusqu au jour ou je suis tombé sur ce film NUMB avec mathew perry et c est la que je me suis reconnu. du coup je suis aller sur le net et la suis tomber sur tous genres démoralisateur et espérant. je vous avoue j ai préférer ceux qui y croyait que les autres lol et de fils en aiguille je suis tomber sur un gars qui parlais d hypnose et je me suis dit pourquoi pas. vous allez me dire ; mais pourquoi pas avoir repris les antidep ! ben tous simplement qu avec le parcoure de ma mère j ai apprit a boycotter les medoc et de passer a autre chose de plus naturel et mémé spirituel(yoga...). et la encore cça n as pas vraiment marcher, mais ça m a aider, noubliez pas que je suis quelqu un quine vas pas au bout de non je deconne je n avais plus de quoi payé tout ça pour dire nous avons besoin de se rassurer. rien que le faite de voir des gens dans le même état que tsoi, ne te soignera pas mais ça te soulage certainement un peu. moi je pense que la dépersonnalisation se soigne différament chez chaque personne

    mais la y en a marre je vais m y mettre a fond et j espéré revenir vous revoir en ayant résolu mon problème bon je vais arrêter la parce que je pourrais en parler pendant des heures tellement y a a dire sur cet calamité

    et je pense que te t ai battu au niveau de la longueur entous cas merci pour ceux qui ont eu le courage de me lire et s y jamais vous avez envie de vider votre sac comme je l ai fait n hésiter pas de vous adresser a tompouce_7@hotmail.com car a moi aussi ça me fera du bien a oui au fait j ai 28 ans, faite le calcul

    28
    Anaïs
    23 janvier 2012 @ 12:33
    Merci pour tous ces conseils, ça fait du bien !

    29
    thomas
    27 janvier 2012 @ 19:44
    slt Anais je sais pas si c est a moi que tu t adressais en disant merci pour tes conseils, car je trouve qu a ce niveau la le forum n est pas claire, mais si c est la cas y a pas de quoi. voila mes adresse mail lalegende007@hotmail.fr tompouce_7@hotmail.com au cas ou vous seriez tentez d en parler avec quel qu un dans le même cas Et d ailleur je trouve que tout ceux qui laisse des conseils que vous pourriez laisser votre mail au cas ou on aurait besoin de renseignement. voila c était mon petit coup de geule lol

    30
    LifeIsGood.
    19 février 2012 @ 22:53
    Suite a ton message je me sens assez rassuree de constater que je ne suis pas la seule. Moi ca a commencer petite, j’etais tres angoissee et je faisais des crises d’angoisses terribles en me regardant dans la glace et en me disant « qui suis-je ? Qui est a l’interieur de moi ? » Mais c’etait des questions vraiment poussees a l’extreme qui me faisait me sentir mal (jambes molles, coup de chaleurs, palpitations etc..) J’avais l’impression de mourrir a chaque crises mais grace a ma mere j’arrivais a gérer ca. J’avais des relations conflictuelles avec un mon pere, qui etait lui aussi tres angoissé. Il est parti de chez moi en 2008, et je ne l’ai pas revu jusqu’a il y a 2mois, devant mon lycee. Je ne m’attendais tellement pas a le voir que j’ai fais une sorte de crise de panique, puis la semaine qui a suivit, j’etais dans un reve, comme vous, memes symptomes, memes sensations etc.. On m’a expliquer que c’etait du a un choc emotionnel. Puis a force de m’occuper l’esprit ca s’est a peu pres estompé. Seulement il y a une semaine je suis restee chez moi 2jours (malade) sans sortir, enfermee dans le noir a dormir, et a regarder la tele. J’ai cogité pendant 2jours non stop et une crise d’angoisse comme quand j’etais petite est reapparu. Qui suis je ? Je connais mon prenom et je connais tout autour de moi mais je ne RECONNAIS pas vraiment. Comme si j’etais une inconnue, avec des souvenirs. C’est tres complexe a expliquer. Je pense que c’est psychologique, de toute facon je ne vois pas ce que ca peut etre d’autre. Mais j’aimerais savoir si le fait de ne plus savoir qui on est ni ce qu’on fout la (je parle d’etat angoissè, pas de questions comme la plupart des gens) se soigne de la même facon que la derealisation ?

    Je vous laisse mon e-mail si vous avez des reponses a m’apporter. Je pense également que c’est psychologique et que ca passera mais j’aimerais avoir des temoignages qui pourraient me le confirmer. Miss-gym45@hotmail.fr

    Plein de courage a vous !

    31
    Herosman
    13 mars 2012 @ 14:35
    Merci beaucoup pour ton aide, j’aimerai si possible te contacter par e-mail et te parler d’un truc si t’as le temps ...ça me fera plaisir et je suis sur que tu pourras m’aider. Voici mon e-mail : Soufiane.Arjoun@hotmail.fr Merci d’avance

    32
    vanessa
    18 février 2012 @ 22:31
    coucou

    j’ai vecu la meme chose, mon mail si tu veux parler : vanessa.andreotti85@gmail.com

    33
    marie
    21 novembre 2012 @ 16:49
    Salut Vanessa écrit moi svp j’ai besoin d’aide ou tous ceux qui veulent m’aider j’en peut plus :( namrepuseiram@hotmail.com

    34
    céli
    21 novembre 2011 @ 17:44
    c’est exactement ce que je vis..mot pour mot et pourtant je suis maman je dois tout faire pour cacher a mon enfant cet état..c’est tellement difficile et culpabilisant par moment..Je donnerais tout pour n’avoir jamais fumé ce foutu joint il y a 10ans...

    35
    25 novembre 2011 @ 18:11
    moi j’ai également la même chose depuis 4 ans environs, depuis que je suis dépersonnaliser ma vision se déplace lentement ( je sais pas si sa vous le fait ?? comme si vous avez fummer un gros pétard ) je ne profite que très peut de ma vie qui est devenu qu’un enfer

    les seuls conseilles que je peut donner et qui m’ont aider à mieux controler mes émotions sont : lire et apprendre pour stimuler le cerveau, faire du sport sa libère les toxine et on se sent bien, fermer les yeux et se relaxer ou bien dormir un court instant si vous etes pris de panique

    je pense que je vais rester comme tel jusqu’a la fin de mes jour personne me comprend et seul les personnes comme vous peuvent comprendre, bref c’est parfois dure mais je tiens le coup

    bon courage a vous

    36
    26 novembre 2011 @ 11:02
    J’ai 16 ans et je fume de temps en temps.. regulierement on va dire , j’ai l’impression que cela m’arrive parfois , comment avait vous decouvert que vous aviez une dépersonnalisation ? merci de repondre a mon message


  • 37
    Anaïs
    23 janvier 2012 @ 11:21
    Pour moi ça ne dure pas depuis longtemps, mais après avoir lu plusieurs témoignages de ce genre et m’être reconnu à chaque fois dans chaque parole, ça m’a semblé tout simplement une évidence ! J’ai bientôt 18 ans et comme toi je fumais de temps en temps avant que cela ne m’arrive, mais je t’assure que pour ton bien tu devrais vraiment arrêter ! Moi aussi cela m’arrivait parfois avant, mais il y a un mois le joint de trop a tout fait basculer et celui-la je le regrette vraiment amèrement ! Après avoir lu les commentaires je pense que tu réalises à quel point c’est un calvaire, donc le mieux serait d’essayer d’éviter le pire.. Bonne chance :)

    38
    simone
    6 décembre 2011 @ 15:39
    bonjour je vis exactement la meme chose en lisant l’article j’avais l’impression que c’etait moi meme qui parlais sauf que moi la cause ce n’etait pas du à « la drogue » mais un substitut de la drogue. j’avais accouché il ya un an et depuis ce trouble me transforme la vie , en effet j’avais accouché par une cesarienne très mal faite a cause de l’anesthesie, ca ne tenait pas et j’ai du supporter ttes les douleurs et la panique et j’ai meme pousser mon cerveau à croire que je suis anesthesiée malgré que je ne l’étais pas reelement (c dur mais je l’ai subi), l’anesthesiste m’a mis en plus de l’anesthesie du debut de l’operation un masque sur le nez afin de m’aider à supporter et m’ en dormir . j’ai tenue jusqu’a la fin de l’operation , une fois j’ai entendu les cris de mon bébé je me suis evanouie, et depuis c l’ enfer j’ai fait 3 nuit blanche je ne dormais pas, la deusième nuit j’avais piqué un petit somme (à peu près,de 11h du soir jusqu’a minuit) , j’etais tte seule avec mon bebe et d’un coup je me suis reveilléee avec une panique terrible ne sachant ni où je sis ni qui je suis et le pire c que je ne’ai pas reconnu mon bébé ,et la j’ai pas arreté de pleurer tte la nuit jusqu’au petit matin , pendant cette année presque ttes les nuits je me reveille au cœur de la nuit anormalement avec les questions de qui suis je et ou suis je ... je vis comme si je revait 24/24h, je suis deconnectée de la realité, je ne me concentre pas sur ce que je fais ni ce que je vis , aujourd’hui je viens d’apprendre le nom du trouble j aai pas encore vu de medecin, je me posais plusieurs questions sur mon cas et le malheur je ne veux en parler a personne meme à mon mari. c vrai je me demandais qui devrais je consulté mais la au moins je me retrouve avec des gens comme moi et je suis rassurée. merci pour l’article

    39
    aa
    28 décembre 2011 @ 01:06
    comment aider une personne atteinte de se probléme ? Je vis depuis deux ans au côté d’une femme magnifique mais se trouble ruine sa vie depuis longtemps. Je me sent impuissant et en vient a douter moi même de l’existence de se triste monde... Aux personnes subissant ses symptômes, que puis je faire pour la rattacher a la réalité ?

    40
    MM
    18 janvier 2012 @ 11:20
    parce que mon fils a fait l’imbécile il y a bientôt 4 ans, que toute la famille subit au quotidien toute cette horreur. Nous avons tenté beaucoup de choses, hypnose (ça marche sur l’instant), hospitalisation en psy (à éviter), anti-dépresseurs et suivi psychatrique, ça donne de meilleurs résultats, il faut accepter le traitement qui est lourd car le comportement change et peut devenir violent, il y a beaucoup d’effets secondaires qui ne sont pas anodins. Notre famille a beaucoup souffert, nous sommes tous en dépression, plus de travail, de vie sociale...Si vous pouvez consulter avant que le mal être s’installe et prenne toute la place, on a qu’une vie, ça vaut le coup, pour nous c’est différent on plus toute la vie devant nous, mais vous si. COURAGE

    41
    carole
    18 janvier 2012 @ 08:26
    Bonjour,pour moi cela fait 5 ans que je me bat avec une crise de panique anti-dépresseur 6 mois avec effets secondaire pendant la prise et effet rebond à l’arrêt depuis 5 ans.C’est vrai que pour moi j’accuse le traitement que j’ai eut .La dé personnalité je l’ai vécue aujourd’hui il me reste des séquelles tels que des céphalées de tension un stress permanent.Je tiens bon et je ne fait plus confiance au médicaments je suis devenue très nature.Il faut s’avoir éliminer les toxines de l’organisme cela peut mettre un certain temps voir des Années.Bon courage à tous

    42
    Astro
    20 janvier 2012 @ 18:06
    Salut carole j’aimerai discutez avec toi car je vie depuit une semaine la derealisation et je me pose enormement de question c’est comme si j’etait dans un cauchemard ou il n’y a pas d’issue j’aimerai pouvoir en discutez avec quellqun qui puisse me comprendre c’est telement difficile d’en parlez des proches ou ami a risque de passez pour un tarré J’espere avoir une repose de ta part au plus vite !


  • 43
    Saphia
    21 janvier 2012 @ 22:51
    Bonjour, J’ai eu ma première crise de dépersonnalisation à 12 ans lors d’un voyage scolaire dans dans un parc d’attraction. Ca n’a duré que l’espace de quelques heures puis ça a disparu. Durant les années suivantes, cela est apparu épisodiquement, mais il suffisait de quelques heures de repos pour que tout disparaisse. Voilà maintenant 4 mois, que c’est perpétuel, je l’ai constamment, je n’arrive pas à m’en sortir. J’essaie de paraitre normal le plus souvent possible et d’échanger avec les gens, mais à l’intérieur de moi c’est un terrible enfer, j’ai constamment l’impression d’être dans un rêve, et cette impression est accentuée lorsque je suis dans la lumière et dans des espaces très peuplés. Lorsque je suis dans l’obscurité avec moins de monde, par exemple chez moi, le soir, ça peut parfois s’atténuer et je me sens foncièrement mieux. Mais, c’est tout de même un calvaire permanent. Je suis au bord du gouffre.

    Je suis très entourée et j’ai beaucoup d’amis pour m’épauler, mais j’ai vraiment besoin d’échanger avec quelqu’un qui vit la même chose que moi.

    je ne me suis jamais exprimée sur un site, mais ton article m’a énormément touchée au point de me faire pleurer, je me suis reconnue dans chaque paroles.

    j’espère vivement pouvoir échanger avec toi ou avec une des personnes ayant publié un commentaire. Je pense que m’exprimer au près de quelqu’un qui vit la même chose me permettrais de m’aider à le surmonter.

    A très bientot j’espère

    Voici mon adresse mail : Saphiawesphael@hotmail.com Mon compte facebook : Saphia Wesphael

    44
    Anaïs
    23 janvier 2012 @ 11:02
    Bonjour, pensez-vous que l’homéopathie puisse guérir ce problème de dépersonnalisation ?? Puisque je me reconnaît dans tout ce que j’ai lu sur la dépersonnalisation, je suis maintenant persuadée que ça doit être mon problème. Ça fait seulement 1 mois que ça dure (j’ai bientôt 18ans et c’est aussi arrivé suite à un badtrip à cause d’un joint) mais je ne compte pas rester comme ça pendant plusieurs années et je suis vraiment prête à tout pour aller mieux !! L’homéopathe que je suis allée voir pense pouvoir régler mon problème grâce à l’homéopathie (je le lui ai décrit du mieux que je pouvais mon problème mais n’ai fait aucune allusion à la dépersonnalisation)... qu’en pensez-vous ? Comme vous je suis un peu rassurée en voyant que certains s’en tirent rapidement, mais vraiment effrayez en voyant que d’autres en souffrent pendant des dizaines d’années !

    45
    lilou
    23 janvier 2012 @ 22:08
    Un ami m’avait parler un jour de la dépersonnalisation et de ces crises de panique, j’avoue que ca fait peur.

    Webcam trans avec photo et video.

    46
    DEKK
    5 février 2012 @ 03:08
    moi j’ai eu un bad trip en juillet 2011 tres violent les jour d’apres j’avait l’impression de refaire un bad trip sans avoir pris de cannabis je n’etait pas fumeur régulier je fumais tres rarement a force de d’avoir la sensation de refaire des bad trips la dépersonnalisation c’est installer chez moi anxiété j’avais des crises de panique tremblai de partout fourmillement dans les jambes démangeaison interne j’ai souffert beaucoup et je souffre encore aujourdui mais sa va beaucoup mieux plus de crise d’angoisse moins anxieux , jai attendu 2 mois avant daller voir un médecin qui ma prescrit des AD a part sa je fais du sport qui m’aide beaucoup , il faut courageux pour sen sortir avoir la tete haute et prendre les choses avec beaucoup de tendresse , je n’ai pas pu reprendre les etudes j’espère sincèrement reprendre les cours a la rentre prochaine je ne sais que cela va partir mais il faut s’accrocher et i croire car deja je vais mieux tout va en s’arrangeant j’espere que mon témoignage va aider beaucoup de personnes.

    47
    DEKK
    5 février 2012 @ 03:15
    mon adresse mail : Fabioto-94@hotmail.fr

    48
    le grand frère
    6 février 2012 @ 10:59
    Salut à tous . Cela fait maintenant 3 mois que j’ai pu mettre un nom sur ce phénomène étrange que l’on appelle : Dépersonnalisation/déréalisation La première fois que j’ai ressenti ces troubles j’étais enfant je m’en souviens mais ça ne durait que quelques secondes,puis plus rien. Un jour de printemps c’était en 1987 j’avais 16ans après avoir pris ma douche je me sentis tout bizarre,me voilà parti acheter du pain et une fois dans la rue l’extérieur me paru étrange je reconnaissais bien les lieux mais quelque chose avait changé .....comme dans un mauvais rêve .Et puis une forte anxiété apparu,je n’savais pas ce qui m’arrivais j’avais l’impression que j’allais mourir. Mon père m’emmena chez le médecin après le diagnostic il me prescrit du « lysanxia »,pour lui c’était une angoisse passagère,malgré tout, cela disparu. Cela refait surface pour mes 20 ans mais là c’était plus intense et personne comprenais ce qui m’arrivais comme beaucoup d’entre vous le dis si bien, à leurs yeux on parait tout à fait normal alors qu’a l’intérieur la souffrance est terrible.J’avais un nouveau médecin qui lui me prescrit du « Tercian » je vous promet ça ramollit mais au bout de quelques mois ça à marché. Les démons sont réapparu. Voilà maintenant que je me bat depuis fin 2009 le « Tercian » n’a pas marché ou peut être la dose était trop faible au départ.Je suis passé par l’alprazolam sans résultat non plus,je ne veux plus prendre tous ces médocs et je me suis dirigé vers l’homéopathie : Passiflore, Valérianne sous forme de gélules ou granules.Vous l’avez cité à plusieurs reprise cela est du à un choc, j’ai perdu mes parents en 2006/2007 et des amis jeunes, mais en 2009 voilà que mon beau frère partait ça du être la goutte d’eau comme on dit,j’ai un gamin qui vient de faire 9ans et le second est en route j’aimerai que ça s’arrête et profiter du temps. MERCI A CE FORUM ET TOUS VOS COMMENTAIRE QUI A ETE D’UNE AIDE SUPPLEMENTAIRE.

    49
    Le reveur
    16 février 2012 @ 04:34
    Bonjour, J’ai 16 ans et je viens de vivre la pire expérience de ma vie. La semaine passer, j’ai fumer le premier joint de ma vie avec un de mes ami. Quelque seconde après avoir pris la premiere puff, j’ai senti un effet étrange comme si je partais dans un rêve où je n’ai aucun contrôle de la réaliter. J’ai continuer à tirer sur le joint avec mon ami en passant que l’effet était normal. Après avoir fini de fumer, on est rentrer chez nous en prenant un long trajet que je connais pas très bien, juste pour prendre un peu d’air. En marchant, je me sentais partir dans une autre univers comme si j’étais dans un rêve. Il fallait continuellement que je me fasse revenir à la réaliter aussi j’avais l’impression que si je me laissais partir, je ne pourrais plus revenir. Une fois rendu chez nous, j’ai demander à mon ami si il vivait la même chose et il m’a garantie que non. Je commencais seurieusement à paniquer. Je pensais que je devenais fou. Je me suis coucher sur le divant et sans m’en rendre compte, je suis partie dans un rêve...Le reste, je ne m’en souvien plus. Mon ami m’a dit que je faisais un badtrip sur le divant en me parlant a moi-même et en bougeant de tout les sens.

    Bref, j’ai vécu un cauchemar. le lendemain matin, je sentais encore les mêmes effets en plus d’une fatigue extreme. J’ai bu beaucoup d’eau et je me suis reposer. Environ 1 semaine plus tard l’effet de partir dans un rêve commencait partir. Je me sentais enfin mieu

    Tout sa pour dire que je comprend ce que vous avez vécu même si j’ai ressenti ceci pendant moin longtemps que la moyenne du monde ici. J’ai vécu la pire expérience de ma vie et maintenant je me suis promis de ne plus jamais prendre de drogue.

    50
    mika
    24 mai 2013 @ 13:31
    il faut que tu m’aides , ca fait 8 jours moi et ca part pas cette sensation , je vois tout au ralenti et jai perd de devenir schizo

    51
    vanessa
    18 février 2012 @ 23:16
    Bonjour, Quand j’etais enfant, j’avais aussi des periodes de derealisation/depersonnalisation, qui ne duraient que quelques secondes. A ce jour, ça fait 4 mois que je suis « bloquée » dans cet état. Comme vous tous j’ai été convaincue de basculer dans la skizophrénie, mais comme vous le dites si bien aussi, un skyzophrene ne peut dire qu’il est skizo. Il y a 4 mois j’ai été dépersonnalisée du jour au lendemain, sans prevenir, suite à un gros stress (je passais mon diplome 3 semaines apres). Puis 1mois apres le debut de cette dépersonnalisation, grosse attaque de panique, ca a été la pire epreuve de ma vie, et pourtant je peux vous dire que j’ai vraiment eu une vie difficile.

    Suite à cette attaque de panique qui a duré des jours, j’ai été consulter un psychiatre en qui j’avais confiance, j’ai eu l’occasion de travailler avec lui et je sais qu’il ne balance pas de médicaments au lance pierre, qu’il est vraiement concerné par ce que vivent ses patients et il s’investie, est disponible 24h/24.

    Bref, toute ma vie j’ai été une hypersensible comme la plupart d’entre nous aparemment. Il pense que la derealisation dépersonnalisation peut etre un symptome de l’unipolarité ou bipolarité, mais il faut des années pour poser un diagnostic.

    A ce jour je suis sous thymorégulateur, ça a dessuite fait disparaitre l’attaque de panique, et l’angoisse a peu à peu diminué. Il ne me reste plus que ce sentiment de dépersonnalisation mais il s’est atténué depuis ces dernieres semaines même si il est toujours bien présent. C’est devenu « vivable ».

    Courage tout le monde, on va s’en sortir ! mon mail si vous avez envi et/ou besoin d’echanger : Vanessa.andreotti85@gmail.com

    52
    Nihao
    20 février 2012 @ 22:22
    http://www.wakinglife.fr/forum/index.php Ce forum aidera tout les gens atteint de la dépersonnalisation/ déréalisation !!!!! Beaucoup de gens qui en sont sorti apportent leur témoignage et explique comment ils s’en sont sorti. BONNE CHANCE A TOUS JE SUIS ENTRAIN DE M’EN SORTIR !

    53
    le grand frère
    27 février 2012 @ 01:37
    Merci pour ce lien Nihao, une aide supplémentaire.

    54
    Camille
    28 février 2012 @ 17:21
    Bonjour tout le monde !!!

    Je me situe : j’ai 24 ans et je connais ce trouble que chacun d’entre vous décrit avec une similitude déconcertante !!

    Cependant je souhaite vous rassurer !! et je crois d’ailleurs que nous en avons tous besoin, être rassuré pour trouver l’énergie ainsi que le courage d’aller de l’avant ! Car au fond, il s’agit bien de ça, aller de l’avant pour dépasser cet affreux sentiment qu’est la déréalisation.

    La déréalisation n’est pas plus forte que nous, ou elle ne le sera pas éternellement, nous pouvons la dompter, nous pouvons lui rire au nez et lui dire qu’elle ne nous fait plus peur !!! le simple fait d’accompagner ce sentiment désagréable plutôt que de le craindre est déjà un grand pas vers la guérison.

    Ensuite, je tenais à dire aux personnes, qui en allant de site en site, de témoignage en témoignage, perdent espoir qu’il ne faut surtout pas baisser les bras. S’il est difficile de trouver sur internet une personne capable de nous raconter sa guérison, c’est bien justement parce qu’elle s’en est sortie. Et j’ose croire que qui s’en sort aura tendance à ne pas retourner sur les forums parlant de déréalisation, préférant vivre sa vie plutôt que de se remémorer les heures douloureuses du passé :).

    A tous je conseille la lecture d’un bouquin qui apporte quelques solutions à ce problème : « le pouvoir du moment présent » (le nom de l’auteur m’échappe, mais vous LE trouverez sans difficulté dans les librairies). Si je vous le conseille c’est parce que nous autre, à force de nous analyser, de guetter nos moindres sensations, nous en oublions de regarder le monde avec une légèreté toute simple et spontanée. Etre dans l’instant présent, tourné vers l’extérieur et conscient de tout ce qui nous entoure, permet de se détourner de soi et d’oublier, quelques instants au début, puis de plus en plus longtemps, notre souci de déréalisation.

    Je conseille à tous d’éviter le plus possible la conso d’alcool ou autres drogues qui aura tendance à accroître ce sentiment. Par contre, je vous conseille de vous coucher tôt, d’avoir un rythme régulier respectueux de votre horloge biologique, de faire du sport, et de vous extérioriser par le biais d’une activité manuelle, créatrice. Il est très important pour les personnes souffrant de déréa d’avoir des activités permettant de se valoriser, car l’essentiel du problème est là : nous souffrons de déréalisation (entendez le manque de réalisation de soi même). Moins nous avons l’impression d’être acteur de notre vie et libre de nos choix, moins nous nous sentons à notre place dans le monde et plus nous augmentons nos chances de nous sentir à « côté de nos pompes ». Chacun d’entre nous doit trouver le moyen qui lui permettra donc de se valoriser, et de se réaliser.

    En conclusion, pour aller de l’avant n’attendez pas que la déréa parte comme elle est arrivée, c’est à vous de la faire partir en vous rééduquant à la vie, et en étant aux plus proches de vos aspirations les plus profondes. Soyez acteur de votre quotidien, acceptez la déréa et n’en soyez plus effrayés, exercez vous le plus souvent possible à savourer l’instant présent, et faites vous du bien : physiquement et moralement, réalisez vous dans une activité, fixez vous des challenges...et bientôt la déréa n’aura plus aucune place dans votre vie, vous l’aurez domptée en devenant vous même !!!

    Aujourd’hui j’en souffre beaucoup moins, alors qu’auparavant je me levais avec et me couchais avec. Désormais quand je me réveille, avant toute chose je pense à sourire et ensuite je me dis : aujourd’hui est un jour nouveau, un pas de plus en avant, un pas de plus vers moi même !!!

    je vous embrasse tous forts et ne perdez jamais courage car la porte de sortie est juste là, à côté de votre bonne volonté !

    55
    Mallaury.
    13 avril 2012 @ 19:17
    Bonjour a tous j’ai 16 ans et également fait un « badtrip ».. j’ai eu très peur je me suis vue partir .. enfin voila et depuis je ne vais vraiment pas bien je ressent tous se que tu décrit .. mais le plus horrible c’est que j’ai l’impression de plus reconnaitre ma mere alors es se que c’est parce que c’est moi qui le dit ou es se que c’est vraiment sa ??? je ne me reconnait plus .. je suis perdu tous le monde pense a la « dépression » ou alors angoisse, anxiété peut être oui mais pour moi j’ai autre choses j’ai l’impression d’etre morte en faisant ce badtrip et d’être dans un rève ou un comat enfin voila. le changement me fait peur .. je n’y comprend plus rien je suis vraiment perdu j’ai l’impression de devenir taré ! je n’arrive meme pas a parler a ma psy ! je fait que penser a tous pleins de choses désagréable et me pause pleins de question JE N’EN PEUT PLUS !!!!! aidez moi svp pour une fois ou je trouve un site qui ressent un peut près les meme trucs que moi. Mallaury

    56
    Louys Jacques
    14 avril 2012 @ 06:07
    Dans le symptôme d’irréalité, on se retrouve plongé dans le virtuel, sans faire exprès. C’est du à une surtension de l’angoisse, qui dépasse ce que le psychisme peut supporter comme réalité anxiogène. Alors, la tension psychique se libère sous cette forme là. Le symptôme fait office de soupape de sécurité... C’est très désagréable, mais ce n’est pas plus grave que ça.

    57
    Mallaury
    14 avril 2012 @ 18:18
    Mais es se normal que j’ai l’impression de plus avoirs les même affinités avec ma mère. Ou bien j’ai plus l’impression de la reconnaitre je n’arrive plus à lui confier se que je ressent ?? Dite moi svp :/

    58
    Louys Jacques
    14 avril 2012 @ 19:22
    Oui, il y a souvent l’impression que les proches deviennent bizarres, car c’est leur côté virtuel qui ressort, au détriment de leur côté concret.


  • 59
    babs
    16 avril 2012 @ 11:26
    bonjour,

    peut on m etriser l anxiétée tout en sachant que j ai literalemment regréssée , j ai un coté doux, et agressive a la fois je ne m en sort plus je tourne en rond , tout se qui me concerne je lais oublié je vois tres mal et suis renfermée sur moi a part demander de l aide je ne parviens plus a parler de reel je fuis la realitee et me fui en meme temps je panique tout le temps meme si je suis tranquillemment chez moi des le matin sa recommence je suis dans un etat second perte total de la memoire ne fais que depensé je n arrive plus a repondre lucidemment comment en sortir

    60
    Mallaury
    15 avril 2012 @ 10:13
    Merci beaucoup pour vos réponse.. J’ai vraiment peur :/ je m’imagine le pire. J’espère que je vais arriver à surmonter tous sa ... Parce que je ne supporterais pas d’etre comme à pendant plusieurs années. Je n’est plus la même vie c’est horrible..

    61
    Matt
    18 avril 2012 @ 14:38
    Salut a tous, je m’appelle matthieu, j’ai 24ans j’ai eu ses symptômes après un gros bad trip il y a un ans environ. J’ai vecu comme vous des choses horribles, j’avais des pertes de mémoire et de perception des choses, comme vous je me voyais comme dans un autre monde, une sorte de monde des rêves mais éveillé. Après 1 ans les pires symptômes ont disparue, il reste quelque petites choses mais j’my suis habitué ( au réveil j’suis anxieux mais ca dure pas plus de 10min).

    Tout ce petit texte pour en arrivé a cette conclusion qui va vous rassurez, ce n’est pas le join qui nous a fait ça, c’est le faite d’avoir fait le bad trip, je suis quasi sur que notre cerveau a ce moment là n’a pas fonctionné correctement, et cela a engendré des séquelles qui ne sont pas irréversible, il faut juste attendre, la guérison se fait avec le temps, c’est comme si on m’avait melangé les information de mon cerveau et que de jour en jour mon cerveau les tries et fait le ménage tout seul. Il n’y a pas besoin de faire quoi que ce soit, faut accepter c’est tout, et je vous garanti que maximum dans un ans vous serez comme neuf. C’est un problème qui est purement physique, vous n’avez pas de maladie mentale c’est juste que votre cerveau a pas suivie le délire et il doit se réorganiser. J’ai remarqué une chose également, durant cette période ; J’étais moins apte a réfléchir clairement et de manière concis, mais j’étais comme plus intelligent, comme si tout était évident mais l’idée noir qui me revenait : le sens de la vie. J’avais besoin de savoir pourquoi je vivais, combien de temps il me restait avant mon prochain anniversaire ect... Bref un mauvais moment a passé, mais c’est quasiment terminé Je vous souhaite du courage et rassurez vous, c’est pas a vie :D

    Ps : je vous laisse mon adresse email si jamais vous voulez me parler matt_arch@msn.com

    62
    Le Grand Frère
    23 avril 2012 @ 02:34
    Salut Matthieu, pour moi cela fait 3ans bientôt bien que cela m’est arrivé à l’âge de 16 et 20 ans mais pas sur une aussi longue période,après 1 court traitement de 3 mois c’était parti,puis cela a refait surface à 38 ans. j’ai essayer pas mal de solution, c pas du à 1 joint tu peux me lire dans les commentaires ci dessus, récemment l’acupuncture n’a rien donner alors je sais plu surtout le plus dur c de faire semblant d’être bien aux yeux de ma femme parce que je ne veux pas la contrarier trop sensible et des autres alors qu’à l’intérieur G un réacteur nucléaire en fusion. Franchement je sais plus ..........alors....j’attend mais quoi ? Condamné à vie ? il me reste peut être une issue d’après mon médecin acupuncteur cela pourrait être la maladie de « lyme » morsure de tiques, Gamin j’étais souvent avec mes chiens,ça pourra aidé peut être quelques uns parmis nous. je dois faire une prise de sang avec une analyse spécifique à la maladie. Me reste plus qu’a espérer que ce soit ça l’antidote existe. A + Matthieu Salut

    63
    T !r
    15 mai 2012 @ 19:42
    Bonjour, Moi aussi je suis peut être atteint de dépersonnalisation (je dis bien peut-être car j’en ai parler à mon médecin mais il n’avais pas l’air de sans soucier) j’ai fais 3 prises de sang en 1 mois...Prochaine étape, le neurologue. La première fois que j’ai appris que je « dépersonnalisais » c’est en regardant pour la maladie de Lyme. J’étais heureux car je savais que ça se guérissais mais « malheureusement » ce n’est pas ça. Je me retrouve bien dans tout vos commentaires. Moi cela fais bientôt 1 an et demi que je me sens mal mais maintenant ça va un peu mieux. Heureusement que j’ai l’école parce que je m’effondrerais (mes crises son surtout le week-end). Cette maladie me rend fou, je n’ose plus rien faire s’il n’y a pas quelqu’un de confiance avec moi ou s’il n’y a pas moyen de vite retrouver mes habitudes. (me promener seul ou être seul à la maison). Je n’ai jamais fumer de cannabis et j’ai 15 ans. Bonne chance à tous. Ps : il faut se dire qu’il y a des choses vraiment plus grave comme le cancer,...

    64
    Le Grand Frère
    23 avril 2012 @ 02:37
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Maladi...

    65
    Louys Jacques
    24 avril 2012 @ 07:32
    Oui, tout ce qui touche les circuits d’éveil et de réflexion à noradrénaline dans le cerveau : drogues, bactéries, maladies dégénératives... peut faciliter l’apparition d’un symptôme d’irréalité. De même, tout ce qui touche les circuits cérébraux à dopamine, peut faciliter l’apparition d’un symptôme de dépersonnalisation.

    66
    sanstel
    15 mai 2012 @ 09:30
    bonjour j ai 37 ANS atteint de par ce syndrome depuis l age de 18 ANS (nfin depuis 5ans je m en sors) ,avec une en plus une hypersensibilité a tout excitant cafe parfum meme le jus d orange .prise de divers neuroleptique antidepresseurs consultation psychiatre non concluante.Il y a 5 ans je me suis decider a tout arreter bien evidement progressivement afin de me tourner vers d autr e therapie.donc effectivement omega3 ET MAGNE B6 FONCTIONNE BIEN. je me suis rendu compte qu au quotidien je n etait qu une tete sans corps. c est a dire que tout etait concentrer dans ma tete et je faisait totalement abstraction de mon corps d ou cette sensation d etre dans les nuages. l on ma orienter vers des technique de relaxation,meditation,recentrage sur son corps dans la non pense c est a dire ressentir ses doigt ses pieds etc dans le silence sans pensé (difficile au debut mais petit a petit permet veritablement d atterrir) ,la respiration abdominal.pratiquer de facon reguliere on etepour moi une delivrance ; le livre cite au dessus est « l eveildes sens » vivre l instant present de PR JON KABAT-ZIN ouvrage exeptionnel pour justement etre vraiment la ici et maintenant. Je ne n avais pas preciser au debut l origine de mon trouble:prise de cannabis .

    si vous avez des questions:sanstel@hotmail.com

    67
    lolina
    24 mai 2012 @ 09:45
    j ai ete touche par ton histoire, c est tres dure pour moi j aimerai parler avec des personnes qui comme toi sont sorti de ca je suis suivi par une psy aussi contacte moi zialolina@hotmail.it

    68
    Lucas
    10 juin 2012 @ 13:43
    Quand je lis ce texte, je me sent rassuré. C’est exactement ce que je vis actuellement. On se sent tout de suite moins seul. Il y a quelques semaines, j’ai vécu mon bad trip, après celui ci, tout allais bien au début, je positivais puis le temps est passé et au bout de 5-6 semaine, j’étais tombé presque dans un gouffre, une angoisse constante. J’ai décider d’entrer en clinique psy pour me faire suivre et sortir de ceci. J’ai appris avec le temps ce qu’il m’arrivais et je me suis fait à l’idée que j’étais le seul a pouvoir me sortir de là. Aujourd’hui ça fait depuis quatre jours que je suis sortis de cette clinique, et malheureusement, contrairement a ce que je pensais je ne suis pas sortis totalement ce cet état. J’essaie d’avancer, de surpasser mes angoisses pour pouvoir de nouveau vivre et respirer comme avant. Évidemment, m’ayant pris en charge assez tôt, je ne suis pas arrivé a ce stade dont tu parle, mais j’ai toujours l’appréhension de retomber dedans, a chaque crise d’angoisses, c’est comme si j’avais fait un pas en avant puis deux en arrière. Je souhaite a toute les personnes qui vivent ça aussi d’en sortir au plus vite et de surtout ne jamais baisser les bras. La choses bénéfique de cette expérience, qu’on ma cité des dizaines et dizaines de fois, c’est qu’on ne toucheras plus a cette saloperie. Courage.


  • 69
    17 juin 2012 @ 01:23
    Ton texte me fait du bien a moi aussi. Il y a maintenant 3 ans j’ai vécu ça. J’avais a peine 14 ans quand sa m’est arrivé. Je n’avais pourtant fumé que quelques taf (4 max) et pourtant sa a réussis a gaché 2ans de ma vie...Je n’en avais jamais vraiment parlé et je n’ai jamais réussis a m’expliqué ce qui m’arrivais. Mais là tu viens de tout résumé et d’une manière très clair. Ce soir je viens pour la première fois de découvrir de nombreux cas comme moi. Je ne comprend pas pourquoi toutes ces campagnes contre la drogue ne parle jamais de ça ! Si j’aurais su je n’aurais jamais touché a cette saloperie ! Il m’arrivais de me croire morte et de regarder ma vie... Maintenant énormément de choses on changé pour moi et j’aimerais en parlé mais en tant qu’ados c’est difficile... Encore merci et courage au personne à qui sa leur arrive, dîtes vous, malgré tout que vous êtes dans le monde réel et que tout va passé... je me suis moi même aidé...


    70
    MM
    9 août 2012 @ 21:59
    En janvier dernier je suis venue témoigner pour mon fils qui a vécu « le pire » ! Aujourd’hui il s’en sort grâce à la KINESIOLOGIE, je suis une maman qui a retrouvé son fils, oui cette méthode marche, je voudrai le crier haut et fort à vous tous qui souffrez, essayez si vous le pouvez, c’est assez cher mais vous allez vous reconstruire, vous réparer, je témoigne de ce que je constate jour après jour après seulement une seule séance, si j’avais su que cette méthode existait mon fils n’aurait pas perdu 4 ans de sa vie, je le retrouve, ses plaies béantes se referment petit à petit, sa mémoire cognitive, à l’orgine des souffrances qui sont communes à tous les témoignages que j’ai pu lire, se « répare », la dépersonnalisation, déréalisation etc !!!! bonne chance à tous !

    71
    marceau
    31 octobre 2012 @ 03:14
    j aimerai savoir comment tu t aides toi meme car ma fille a environ la meme age que toi et presentement plonger dans la déréalisation , elle ne trouve aucun moyen qui l aide ,nous cherchons des moyens de l aider ,tres difficile quand nous ne sommes pas dans cette situation de comprendre ou de trouver des moyen de l aider .j aimerai bien avoir des trucs de quelqu un qui la comprend plus et ayant la meme age qu elle ,et si tu le veux bien ,discuter avec quelqu un qui la comprend lui ferai beaucoup de bien (cela dure depuis pret de trois ans et rien amiliore sa santé )nous sommes laisser a nous meme dans tout les effors pour rencontrer des spécialistes . avant que cela empire et que l irréparable arrive je te demande de l aide .( un papa et une maman sans outil . merci a l avance nous attendons des nouvelles avec impatience . DANY ET MARYSE danpool9@hotmail.ca

    72
    matteo 68
    28 novembre 2012 @ 18:26
    bonjour, je ne sais pas si le site est toujours actif ( je l’esper) mais il faudrais que je vous pose des questions. je souffre de depersonnalisation et je n’arrive pas a penser a autre chose, j’ai des musiques toujours en tête je n’arrive pas a penser a autre chose j’ai l’impression qui a plus rien qui ne m’interesse apart sa, j’ai vraiment besoin d’aide et de message d’espoir, c’est comme si je m’entendais constamment et que j’analysais tout ce qui se passais, je ne sais même plus ce que sais le fait de penser normalement sans m’inquieter... je suis a bout sa fait maintenant 3 mois que sa dure, alors que ma premiere crise était arriver il y a 4 ans suite a un bad trip au cannabis crise d’angoisse et j’avais vraiment réussi a reprendre le dessus sur tout sa je n’y pensais même plus vraiment je voyais encore un peu iréel defois mais j’arrivais a passer cette sensation et je passais a autre chose mais la j’ai bu un coup en trop et j’ai eu vraiment l’impression que j’ai bloquer quelque chose, j’ai aussi la tête comme saturée comme si il y avait deux parties tres difficile a expliquer... en voiture par exemple j’arrive pas a regarder le paysage sans juger ce qui se passe juste laisser les choses se dérouler normalement... voila j’ai encore plein de question j’esper sincerement que vous puissez me répondre j’ai tres peur dêtre skyzophrène et d’un coter avoir une partie de moi qui fait tout pour me garder dans cet état.. j’ai deja penser au sucide j’ai l’impression que tous les medecins minimise beaucoup la chose en me disant que c’est simplement de l’angoisse... c’est comme si ma méthode de pensée était brouillé je sais pas si quelqu’un vis ou a vécu la même chose mais j’aimerais bien partager l’expérience je pense que sa pourrai beaucoup m’aider !!

    73
    marc12345
    24 décembre 2012 @ 14:57
    Bonjour « shabitapii »,

    Je vais te raconter brievement mon histoire pour que tu comprenne. Il y a 4 ans de sa, j’etais chez une amie et j’ai consommer pour la premiere fois du cannabis. J’ai immediatement tomber en bad trip et sa a durer 7heures. Quelques jours plus tard je commence a penser a la vie, aux autres, des questions exsistentiel tel : a quoi je sert ici ? Peu a peu jai commencer a faire des crise de panique dans lesquels je pensais a 110% que je fesais une crise cardiaque. plus le temps passait plus les crise augmentais, c’est a se moment que j’ai du arreter d’aller a l’ecole, d’arreter le hockey et aussi d’arreter de marcher dans les endroits publique lorsque j’etais seul. Par la suite je passais 4 jours sur 7 aux urgences a me faire dire que je paniquais et les infirmiere etais tres durs avec moi. Finalement jai abandonner les hopitaux et jai ete voir un psycho. Dans succes les meficament et therapie n’ont guerre fonctionner. Je me suis pris en main j’ai recommencer le sport, diminuer mes crise d’angoisse et j’ai retourner a l’ecole tout sa 1 an apres les evenements. Aujourdhui en fin 2012 cela fait deja 4 ans que les evenements se sont produit et booom comme sa mon anxiete est revenu (mais pas les crise de panique). Je crois que peut etre nous pourrion mutuelement nous aidez alors laisse moi savoir. Merci mon nom c’est Marc-Andre, 19 ans.

    74
    Anton
    6 janvier 2013 @ 22:20
    Salut , je souhaite poser des questions mais pour cela il faudrait que ce site soit toujours en fonction. Donc si quelqu’un passe par là qu’il me fasse un petit coucou et je pourrai poser mes questions.

    Merci , Anton

    75
    Louys Jacques
    7 janvier 2013 @ 10:27
    Le site est toujours en fonction, est beaucoup lu et cet article a une cinquantaine de lecteurs par jour.

    76
    Chy
    9 janvier 2013 @ 15:15
    Bonjour, ce qui est décrit dans cet article est exactement ce qui m’arrive. J’ai fait un premier badtrip mais je m’en suis sortit, je savais absolument pas ce que j’avais.. Alors j’ai refumé mais là, c’était la goûte qui a fait débordé le vase, j’avais l’impression d’être schizophrène mais je cherchais toute les maladies probables ! Je n’arrête pas d’y penser, c’est horrible. Mais je m’en sors petit à petit & grâce à cet article je sais ce que j’ai. Si vous avez besoin de parler : chyrine-r@hotmail.fr Courage !

    77
    matteo68
    13 janvier 2013 @ 14:36
    il faut juste ne pas y penser ... la blague je vous dis sa alors que je suis entrain d’y penser constamment...

    78
    Chy
    13 janvier 2013 @ 14:36
    Bonjour à tous, je voulais vous informé que je m’en suis sortit complètement au bout de 3 semaines d’enfer. Vous pouvez tous y arriver !! Je peux vous aidez en cas de besoin, j’ai reçu déjà quelques email mais je le redonne : chyrine-r@hotmail.fr Se serait dommage de gâcher votre vie alors que la clef est à porté de main de tous !! Ne vous découragez surtout pas !!

    79
    Morgane.N
    10 février 2013 @ 14:29
    A LIRE , CONSEIL D’UNE JEUNE FEMME EN DR/DP SUR LE CHEMIN DE LA GUERISON :D <3 :

    Bonjour à tous mes ami(e)s .

    IMPORTANT : ON EN GUERIT :D !

    Au menu :

    une bonne psychanalyse :
    La DP/DR résulte d’un trop plein de stress , de traumatismes enfouis , d’angoisses à répétition : résultat : votre esprit , votre cerveau se défend de ce qui lui fait du mal : ce qui vous a traumatisé passe dans l’inconscient , votre cerveau pour se protéger de l’angoisse et du stress , se met dans un état de « sommeil éveillé » . Le psychanalyste va vous aidé à faire remonter tout cela à la surface , donc les événements qui vous ont conduit à déréaliser et/ou dépersonnaliser .

    une excellente hygiène de vie : pas d’alcool ou de drogues ( car en effet , c’est souvent un mauvais joint qui fait dépersonnaliser ou déréaliser une personne : ci c’est le cas , ne vous en faites pas , ça va passer : le cerveau va retrouver son équilibre chimique :), c’est naturel :), laisser le temps à votre petit cerveau d’amour de se remettre du traumatisme d’un mauvais trip angoissant , traumatisant et d’un petit déreglement chimique temporaire à cause d’une substance qu’il n’a pas apprécié ! Ne vous inquiétez pas ! J’ai même lu le témoignage de personnes ayant guéri après un gros moment de dp/dr après un bad trip à l’ecstasy ! Alors ne vous angoissé pour un joint ! MAIS NE TOUCHEZ PLUS JAMAIS A CELA ! CE N’EST PAS BON POUR VOUS ! )
    Se reconstruire : car en effet , quand on est dépersonnalisé et/ou déréalisé , on est ... paumé . LoL . C’est normal , qui ne le serait pas ! Ne vous en faites pas , vous ALLEZ REDEVENIR NORMAL , REDEVENIR VOUS MÊME , RETROUVER LA BONNE VIEILLE RÉALITÉ , EN ENCORE MIEUX :D ! Mais il faut y travailler :) : faites des projets , sortez , lisez , prenez soin de vous , faites vous beau/belle , entourez vous des gens qui vous aime :) <3 ... C’EST TRES IMPORTANT :) !
    Certaines zones de votre cerveau sont un peu « endormies » , faites le travailler :) . Faites des exercices de STIMULATION COGNITIVE , vous en trouverez sur le net :) . Pour moi , ça a vraiment super bien marché :D <3 !

    Mon mail si jamais vous voulez m’écrire :) : motmote@hotmail.fr

    GARDEZ ESPOIR MES CHERIS ! C’EST DUR , MAIS JE VOUS GARANTIE QUE CA VA PASSER ET VOUS EN SORTIREZ GRANDIS ET HEUREUX ! VOUS NE VERREZ PLUS JAMAIS LA VIE COMME AVANT : VOUS LA SAVOUREREZ : VOUS VIVREZ COMME VOUS N’AVEZ JAMAIS VECU , TOUT SERA MERVEILLEUX :D <3 !

    BONNE CHANCE A TOUS ET A TOUTES !


  • 80
    Ririka
    14 février 2013 @ 16:33
    Bonjour à tous, je suis contente de trouver des témoignages de personnes étant dans le même cas que moi !! Cela fait plusieurs mois que je suis atteinte de déréalisation, causée probablement par une succession d’évenements angoissants et tristes, ainsi que la prise d’un traitement contre l’acnée (j’ai commencé à avoir ces troubles de la vue quelques temps après avoir commencé le traitement, qui, comme vous le savez peut être, fait l’objet de polémiques chez certains ). alors que j’avais arrêté le traitement, les troubles continuaient et je devenais anxieuse, puis angoissée, jusqu’à faire une crise énorme en pleine nuit au milieu du mois d’Octobre. depuis, j’ai vraiment li’impression que ça va de pire en pire ! j’angoisse bientôt en permanence et lorsque le soleil ne brille pas je suis stressée. je ne sais plus quoi faire, car les quelques personnes à qui j’en parlent ne me croient pas ou s’en fichent. J’applique pourtant tout les conseils donnés par des anciens « malades » , mais je suis seule contre tout ça et c’est très dur... je n’ai que 20 ans et j’ai l’impression d’être devenue un mollusque :’( j’aimerai avoir des conseils, des témoignages, ou simplement parler avec quelqu’un qui est comme moi. je vous remercie d’avance pour l’attention que vous portez à ce message :) (mon email : erika.v@voila.fr )

    81
    Marie
    27 avril 2013 @ 01:06
    Je suis très contente d’avoir découvert ce forum. Pour ma part, j’ai vécu et je vis encore un peu cette situation de déréalisation. Tout a commencé le 21 novembre 2012, je me suis réveillée et tout était diffèrent. Par la suite, les crises d’angoisses ce sont multipliées, j’avais l’impression d’être « en dehors de mon corps ». J’ai eu des peurs d’impulsion, je me disais que je pouvais me tuer ou tuer des gens de mon entourage à chaque instant. J’ai fais beaucoup de cauchemar où je ne pouvais plus parler, plus écrire, plus lire... De plus il y a des gens que je ne reconnaissais plus, comme mon chauffeur de bus ou des stars. Leurs visages me semblaient familiers et en même temps totalement inconnus. J’avais des troubles de la vue, un voile qui me séparait de la réalité. J’ai fumé des joints, mais le jour où ça m’est arrivé ça n’était pas le cas. Je marchais dans la rue et toute ma vision était altérée, la taille des vêtements, des chaussures que je voyais toutes petites alors que c’était du 43. Un jour, en regardant mes mains, je les ai vu toutes petites, comme si j’avais des mains d’enfants. Bref, tant d’exemples étranges qui rendaient mon quotidien insoutenable. Il faut savoir que je suis partie en Erasmus en janvier. Et je pense que j’ai développé un stress énorme, c’est comme si mon cerveau m’avait mis en situation de déréa pour que je stresse moins. J’ai eu des périodes avec des hauts et avec des bas. Peu à peu les crises d’angoisses ont disparut, même si la déréa persistait. J’ai décidé de vivre avec, en effet, c’est la seule chose à faire. On ne peut pas lutter, on vit avec et ça s’estompe. Il ne faut pas croire que ça partira d’un seul coup mais ça partira c’est sûr. Je me sens plus forte, je suis en quelques sortes plus sereine, car je sais que maintenant je n’en ai plus peur, et que je peux maîtriser ces moments de déréa.

    Pour aller mieux c’est simple, il faut vivre. J’ai lu un conseil qui m’a beaucoup aidé, il ne faut surtout pas chercher à bloquer ses pensées car c’est pire, il faut les laisser venir. Quand je suis dans le bus et que je pense que je suis en train de vivre un rêve et que peut-être je vais me réveiller, je m’en amuse, je prend cette « maladie » à la dérision. A la dérision car je peux continuer à faire tout ce que j’aime. Je sais que cette maladie est la pire que je n’ai jamais eu, j’aurais pu tout donner pour qu’elle s’en aille, ça paraît insurmontable, mais ça ne l’est pas. La fin de mon expérience Erasmus arrive et ça semble s’estomper. Bien-sûr les jours où je suis fatiguée ça se ressent plus, mais dans ce cas, un bon moment de repos et ça repart. Faites vous confiance, la guérison ne se fera pas attendre. Laisser vous flotter, et après tout si vous avez l’impression de vivre dans un film, vivez ce film à fond, et vous vous retrouverez dans la réalité plus tôt que vous ne le pensez.

    J’écris beaucoup, mais je sais comme tout ça est horrible. Faites des listes de ce que vous avez envie de faire, donnez vous des buts et allez au bout de vos envies. Tout va aller mieux.

    Je dois cependant dire que ma seule angoisse, c’est que ça revienne. Mais bon, je saurais le gérer. Pensez à une personne atteinte d’un cancer, vous à côté, en bonne santé, vous n’avez que vos petits tourments qui ne se voient même pas. Vous pouvez passer au dessus de ça, je vous souhaite tout le courage du monde. Et on peut dire merci à Internet, vraiment, car on se sent moins seul et on sait que l’on est pas fou.

    82
    Eno
    3 juillet 2013 @ 03:03
    Bonjour ou bonsoir à tous et toutes. Je m’appelle Sandrine, et je me reconnais dans vos différents témoignages, je me reconnais tellement... J’ai fait une dépersonnalisation il y a un peu plus de deux ans, suite à mon réveil d’une anesthésie générale pour un acte médicale mineur(gastroscopie). Je me souviens de la peur, de l’incompréhension. Je ne reconnaissais plus mon compagnon de l’époque, et en même temps je savais bien qui il était, pareil pour certains de mes amis, et surtout (et le pire), pareil pour moi-même. Je me regardais dans le miroir et le reflet me semblait inconnu,cette sensation me terrorisait tellement que j’ai cessé de me regarder suite aux conseils de mon psy (car du coup j’avais cru bon de consulter un psychiatre). Il m’a dit que cela ne servait à rien de me forcer et au final, il n’avait pas eu tout à fait tort. Suite à ça, j’ai été mise sous AD et les symptômes sont partis au bout de deux mois à peu près. Mais aujourd’hui, suite à une rupture avec mon ex (pas le même que celui mentionné plus haut), ma vie a rebasculé dans l’enfer. Cela fait 3 semaines qu’il est parti et à peu près 2 semaines que j’ai recommencé à dépersonnaliser. Même symptômes que la première fois, mais ce qui m’obsède c’est la peur panique de sombrer dans la folie, de finir mes jours enfermée dans un hôpital psychiatrique, de ne plus pouvoir mener à bien mes projets, projets qui me tiennent tant à cœur.C’est dur à vivre et je ne vous apprends rien. La peur de me foutre en l’air et de faire du mal à ces proches que je ne reconnais parfois plus de façon précise me tiraille et perturbe un sommeil déjà bien assez perturbé. Dans mon cas, il semblerait que le fait d’avoir trop pleuré et d’avoir un passé très lourd en souffrances ait provoqué cela en moi. Apparemment, mon cerveau ne supportait plus les peines infligées et a fini par se mettre en mode off. Un calvaire, surtout que je suis une personne qui d’ordinaire déborde de vie. Me voici aujourd’hui presque amorphe. Mais je me bats, et je sais que je me battrai jusqu’au bout, que je m’en sorte encore une fois ou pas. Le psychiatre que je viens de voir m’a redonné le même AD que j’avais commencé à l’époque (car je l’avais arrêté il y a 6 mois et j’étais contente d’en être débarrassée...) et je viens de commencer une psychanalyse afin de prendre ce passé qui me pèse à bras le corps. Je prie pour que je m’en sorte, même si parfois l’envie d’en finir vient me titiller les neurones. En tout cas, vos expériences m’ont remonté le moral. Je me sentais seule avec tout ça, en dépit de la présence de mes proches, mais à présent je sais que je ne suis pas un OVNI et c’est déjà pas mal :) . Bon courage à nous tous.

    83
    Louys Jacques
    3 juillet 2013 @ 07:05
    La déréalisation fait intervenir notre miroir intérieur, mais votre description par le miroir extérieur est bien parlante. Ce n’est pas de la folie, car c’est le contraire logique, comme symptôme, de la dissociation. Les AD permettent déjà d’échapper aux crises de panique. Cela peut être très utile.

    84
    myriam
    24 juillet 2013 @ 18:18
    Je lis ce temoignage qui me touche tant ! Moi aussi cela fait un moi set deux semaines que je souffre de DP DR ... Et ce jour la aussi tout a basculé .... Je me présente j’ai 24 ans et j habite a Paris , cela fait un an maintenant et je me suis mariée cette année . Je suis partie de mon ancienne ville comme du jour au lendeman et cela fait un an maintenant que je n’ai pas remis mes pieds dans cette ville qui m’a traumatisé ! Je suis partie du jour au lendemain dans une ville que je n’aimais pas tout cela parceque mon pere et ma mere ont du partir suite a un deplacement professionel et j’ai du les suivre ... Suite a cela je n’ai jamais reussi a aimer cette ville ... Je passais mon temps sur internet a essayer de m ’evader mes anciennes amies me manquait mon ancienne vie aussi pour autant cela m ’a permis de grandir un peu et meme d’en venir a assumer que l’ancinne ville dans laquele je vivais etaiit au final nefaste pour moi ... J’ai frequentais un homme pendant un an et demi qui m’a detruite meme si j ai ete face a mes defautls je le traitais mal et du jour au lendemain il m’a largué lassé de voir mon comportement et est allé avec une autre . Je lui en ai voulu biensur mais quand j y repense je lui en ai fait bavé , mon frere divorcait a cette epoque la et j ’accusais le coup .... Bref je me suis plus ou moins remis de cette rupture et ensuite j’ai rencontré l homme qui est devenu mon mari ... Je suis vite parti vivre a paris me coupant encore plus de tout le monde vivant dans un nouveau monde loin de mes parentzs de mon frere de ma famille de tout ces gens qui m ont causé tant de peine , au debut tout allait bien mais un evenement a modifié tout cela j’ai arrete d exercer ma profession avec les personnes agés car je me suis rendue compte une fois ici que ce n’est pas ce que je desirais ... Donc j’ai change de boulot 4 fois en un an ... Et ca m’a fatigué enormement . Au mois de janvier j’ai appris que mes parents divorcait aussi .. le choc je l’avais vu venir mais la tout mes reperes s’effondrait encore plus j’ai beaucoup pleuré j’ai pas compris pourquoi mes parents ne s’aimait plus j’ai tjr ete tres choyé une enfant gaté et la je comprenais que rien ne se serait comme avant. Le choc , j’ai commencé a consommée du cannabis pendant 6 mois a raison de 4 par jour vers la fin ... et je me sentais bien ... je ne pleurais plus forcement ... j’avais le projet de reprendre les etudes .... j’aimais mon mari je l’ai epousé meme si j’ai mal vecu l’episode du mariage car avec peu de moyen et une situation qui imposait le mariage pour que mon mari puisse restr en france tout est allé assez vite je l’aime bien evidemment mais je pense que j’etais pas tout a faite prete ...Pourtant j’ai toujours su au fond de moi qu’il etait mon destin .. Je me suis brouillée avec mon meilleur ami a ce moment la aussi et puis j’ai perdu en peu de temps beaucoup de reperes j’ai vecu dans un nouveau monde .. des que je partais un week loin de mon mari je me sentais mal javais limpression de vivre une angoisse loin de lui comme si la nouvelle moi devait rester la ne pas partir pour moi repartir dans le sud etait une epreuve sans nom .. Puis un jour j’ai deicidé daller sur le lieu de mes etudes ici et depuis ce jour la je me suis sentie d’abord « pas bien » un doute l’endroit me faisait peur et pourtant c’est une ecole super reputé ou la brochure d’enseignement est super bref aucune angoisse ca peut conincider avec mon boulot ect ... Et je n’etais pas convaincu encore peur de me reorienter mal ( jai eu 3 diplomes obtenu abec les quelques je n’ai pas travaillé ) comme si j avais peur de grandir d’etre une femme comme les autres femmes dans la rue ... Puis j’ai arrete de fumer du cannabis un soir apres eu un mauvais trip je perdais la memoire moi qui etait connu pour etre une fille a la memoire qui ne faillit jamais ! j’essayais de lire les choses mais je n arrivais pas a retenir car mon cerveau etait « saturé » , je n’ai pas mon permis et cela m’a beaucoup miné aussi mes amies l’ont toutes et moi pas encore ... Et depuis ce jour la tout a basculé : sueur froide , sentiment d’etrangeté face a la vie , perte de confiance en moi ( deja presente auparavant ) questionnement sur tout (qui suis je pourquoi je suis la pourquoi suis marié ....) J’ai fait des choses dans mon passé avec lesquelles je ne suis pas en accord et cela a aussi des blocages sur moi ( sexualité ) j’ai cru devenir folle je fermais les yeux fort pour STOPPER tout ca mais ca ne marchait pas a mon travail j’y allais a reculons je n’accepte pas le fait est de faire un taf que je n’aime pas mais d un autre coté j’ai peur de grandir .. allez comprendre .. J’ai souvent vecu avec ca l’envie d etre en couple puis l’envie d etre seule ... Ce qui est flippant c’est que c’est douloureux de ne pas etre en mesure de savoir ce qui est bon pour nous .... Ensuite je suis allé voir un psychiatre ( jetais pas bien du tout !) ET LA VERDICT : ANGOISSE INTENSE . J’ai bien entendu parlé de tout ; du shit de mes pb j ’ etais tellement au bout du rouleau que je ne cachais rien a la psyCHIATRE et je lui ai demandais si le shit y ete pour quelques chose et la elle m’a repondu que non , on peut faire un bad sur le moment mais c ’est que sur le moment et apriori cela faisait 3 semaines que je n’avais pas consommé du shit donc non mais ce que j’avais ete de l’angoisse . Je vais vous dire la verité sur le moment j’ai ete soulagé parceque je pensais devenir skyzo mais apres ces questions ont quand meme mené leur chemin dans ma tete .... Je me disais ca ne peut etre ca non ! C est pas de l’angoisse langoisse ok mais pas comme ca pour moi l’angoisse c etait juste du stress alors oui j’aurais pu avoir des booules au ventre oui j’aurais pu avoir de l eczema mais de la a faire des crise de DP DR ! Et bien il s’avere que oui finalement c’est bien l’angoisse ... J’ai un traiement depuis 1 semaine qui m’aide a « ne plus penser » et j ’envisage de voir une psychoterapeute de l’angoisse comme la jeune fille du post temoignage , d un point de vue religieux j’ai repris ma priere et essaie de me soigner grace a dieu j’ai une amie a qui cela est arrivé et elle m’a prodigué les conseils suivant : se reconnecter avec dieu ecouter sa voix interieure concernant mon orientation se faire confiance et s ouvrir aux autres davantage ne pas m isoler meme si c’est ce que je fais depuis un mois vivant loin de tout le monde je ne vois que mon mari le soir et mes collegues au travail ce travail ou je me tape des crises fulgurantes .... d’ailleurs je me demande si je ne vais pas en changer car j’ai de mauvais souvenir ... Bref je prends un anxiolitique l’ATARAX en cas de chute comme cette apremidi et je suis un peu calmé . Je pense que je vais devoir me reconcilier avec moi meme a la fin de cette semaine je vais voir ma famille et je ne serais plus seule meme pour mon mari c’est dur .. Je songe a quitter cette ville et me rapprocher de mes amis mais j’ai des doutes sur la sincerité de certains sur mon couple et nos vies ne sont pas les memes . bref merci de m’avoir ecouter je pense poster souvent pour partager cela avec vous

    85
    Louys Jacques
    26 juillet 2013 @ 06:40
    Ce témoignage est très riche, y compris dans le style déstructuré de l’écriture, qui témoigne bien de l’excès d’angoisse et de l’écroulement que cela provoque.


  • Salut,je m’appelle ayoub,un étudiant de la fac de médecine de marrakesh,j’ai eu mon bac l’année dernière,j’ai souffert à cause de tels problèmes dont vous avez parlé,le même problème de derealisation ,et je me sens des troubles d’ouï, ces troubles durent toute la journée,en outre le trouve des problèmes de mémorisation,j’oublié parfois où j’étais ,qu’ est ce j’ai fait,alors que ceux ci affecte mes études négativement.ces symptômes ont apparaît avant deux ans ,Après une semaine ils disparaissent,mais cette année ils ont duré plus que 6mois,je me sens triste et inutile,s’il vous plaît,aidez moi,j’ai visité plusieurs que 5 neurologue mais sans efficacité


  • Bonjour, je suis tombée sur ce forum par hasard en cherchant avec des mots clés. Je ne souffre pas que de dépersonnalisation mais d’une dépression très spéciale et très embêtante qui me gâche la vie depuis environ 4 ans et je connais beaucoup de moments de découragement. Ca a commencé ya environ 5 ans. J’avais 16 ans et c’est avant de quitter l’internat que j’ai commencé à me sentir bizarre. La nuit je dormais mal, j’arrêtais pas de penser à des choix que j’avais à faire qui me stressaient. J’étais donc très fatiguée si bien que mes parents m’ont sorti de l’internat. Ensuite mon malaise s’est aggravé au fil du temps. Je me sentais plus du tout moi même. J’ai commencé à être envahie de mots négatifs voire violents ou de choses que je ne pensais pas, et je vis encore comme ça, mon cerveau est constamment en marche, avec des mots et de la musique. Parfois j’aimerais me détendre comme tout le monde en ne pensant à rien mais je n’y arrive pas. J’ai du mal à aller vers les gens, car les mots que j’ai en tête m’angoissent. J’ai aussi longtemps cru que j’étais schizophréne. J’ai eu beaucoup de psys, mais ça ne marchait pas sur le long terme. J’ai aussi testé de nombreux anti depresseurs, qui m’ont fait du bien pendant quelques mois mais j’ai toujours replongé. Je vois actuellement un psy depuis quelques mois qui me fait faire l’EMDR mais j’ai l’impression que ca n’avance pas car me sens toujours pas bien. Je suis pour l’instant sous zoloft, mais je crois que ça n’est pas trop efficace pour moi. J’en ai marre, mais je continue à essayer d’entretenir l’espoir qu’un médicament mapaisera et qu’avec ma thérapie j’irai mieux. C’est très dur. Est ce que quelqu’un a vécu ou traverse actuellement le même genre de souffrance.?


  • Bonjour j’ai exactement la même chose je suis très content d’’avoir trouver ce forum. J’ai 14 ans et ca m’est arrivé apres avoir bu de l’alcool et j’ai encore cette sensation depuis Fevrier soit 9 mois. Et je suis ici pour poser une question : Est ce que ca touche les facultes mentales c’est a dire devenir moins intelligent etc ? Merci !!


  • Bonjour, cela fait du bien de voir des témoignages refletant les experiences que j’ai vécu.
    Pour vous expliquer ça brievemment, j’ai consommer de la drogue pendant un an puis s’est suivi 2 attaques de paniques et un an de stress. Suite à ça, je vis depuis 4mois une DP/DR, l’arrivée de ce traumatisme etait vraiment quelque chose d’horrible : « perte de sens avec la réalité », impression de devenir fou, de ne plus etre normal etc... Pas mal d’expérience traumtisantes dans ma vie : adoption, pere violent, divorce des parents, maison qui à bruler, agressions, attaques de panique. Je suis en master de Psycho, j’ai donc quelques éléments pour m’aider. Déjà dans un premier temps il faut savoir que l’on réagit tous différemment. Mais la cause principale de tout ça est la surabondance de pensées anxiogènes et d’un stress trop long. C’est un peu comme si notre cerveau arrivait à saturation.
    Pour ma part je sais que cela dure toujours un peu mais pas aussi intensémment qu’à ces débuts.
    Quelques petits conseils :
    1) Se confronter à la réalite, sortir, voir des gens
    2) Ne pas se replier sur soi et apprendre à parler de vos vos problèmes avec des personnes de confiance.
    3) Dedramatiser la situation : la DP/DR est simplement une modification du systeme cognitif, entrainant des modifications chimiques au niveau du cerveau. Aucun signe se folie, juste un changement de perception.
    4) Le stress est ce qui améne la DP/DR, essayer de vous relaxer et de faire des choses que vous aimez.
    5) Ne vous enfermez pas dans des stratégies d’evitement : jeux-videos en grande quantité, isolememt, repli sur soi.

    L’important réside dans la capacité a gerer son stress, l’estime de soi est egalement une partie importante du processus d’acceptation de soi. Soyez fier de vous, sachez que vous avez vécu une expérience unique (mais douloureuse et éprouvante). La vie n’est pas toute rose, il ne faut pas vouloir d’une autre vie que la sienne, ni de se dire « Pourquoi je ne suis pas comme un tel ». Acceptez vous, avec vos expériences et vos vécus.

    Personnellement, le truc qui me tracasse en ce moment, c’est l’absence de pas mal de sentiments : bonheur, désir etc...
    Bref sachez que votre cerveau à besoin de se reposer. « Ne deviens pas psychotique qui veut » disait Lacan.

    Je vous donne mon mail pour ceux qui ont envie de parler : guillaume.joly@etu.univ-nantes.fr


  • Bonjour à tous ! J’ai besoin de témoignage de gens qui ont GUERIS de la dp/dr..... En juillet 2014, jai fumé du cannabis et jai fais un badtrip.. Je ne fume pas normalement... Sa marrive 1 fois par année de fumer.. Pas besoin de vous dire que cest TERMINÉE pour moi... Plus jamais je vais toucher à ça ! bref, jai vécu l’enfer... Anxieté dans le plancher, crise de panique etc ! Jai essayer anti depresseur, anxiolytique, therapie EMDR, etc... Mon etat je crois cest améliorer ! Je nai plus de crise de panique... Je suis retournée au boulot aussi... Mais reste je ne me sens plus la même ... Je me sens differente... Je mennuis de la personne que jetais avant tout ça !!! Je garde espoir... De me retrouver... Je suis fatiguee mais... Des personnes qui ont vécus la GUERISON peuvent maider ?? Me rassurer ?? Je sens également un changement mais je ne suis pas capable d’identifier qu’est-ce que sait ou qu’est-ce qui ce passe... Merci de m’écrire ... Je lapprecirais bcp !!!! Mon courriel : vanessabourque2014@hotmail.com


  • Je vis aussi souvent cela. Surtout quand je suis choqué par quelque chose ou quelqu’un, quand je trouve que j’aurais pu faire mieux, quand j’ai honte de moi, quand je réfléchis trop, quand je m’inquiète...quand je trouve que je ne fais pas ce qu’il faut, quand je me sens imbécile, quand je stress...quand j’ai peur que ça recommence...quand je mélange tout, quand je ne m’exprime pas ou pas comme il faut.


  • Bonjour, ca me fais très plaisir de lire un topic comme celui la, j’ai cru devenir fou après une prise de mdma, j’ai eu tellement peur de rester « bloqué », de garder des séquelles que je me suis auto persuadé que c’étais le cas, cela fais deux mois et j’ai très très peur, une impression de mémoire altérée, de mal de tête constant , d’incompréhension de certaines situations. Si cela est déja arrivé à quelqu’un n’hésiter pas a me contacter, afin de savoir qui consulter pour que cela revienne dans l’ordre !

    Merci.


  • Pour tout ceux que ça pourrait aider, je vous invite à visiter aussi mon témoignage, qui explique pourquoi et comment j’ai été atteint de depersonnalisation, et comment j’en suis sorti.
    Nous sommes de tout coeur avec vous, les amis. Patience, ca va passer, vous allez guérir, et si vous lisez ces lignes, c’est que vous êtes deja sur la voie.

    http://forum.doctissimo.fr/psycholo...


  • Bonjour.
    Vos messages m’angoissent. Beaucoup. Vous partagez votre expérience pour tenter de rassurer ceux qui se sentent concernés. je cite « Ne vous en faites pas, ça va passer ».
    J’ai 19 ans, et aussi loin que ma mémoire me permette de me souvenir, j’ai toujours souffert de la déréalisation et de la dépersonnalisation.
    le monde m’est hostile. Je ne sais pas parler sans avoir l’air étrange, ni le ressentir. Il m’a fallu deux années pour réussir à prendre le bus sans stresser. Pour moi, demander un ticket, aller m’asseoir, appuyer sur le stop et descendre, est une épreuve digne des JO.
    Le visage des gens est un amas de code à déchiffrer, les espaces fermés comme ma chambre sont sujets à des déformations (la pièce parait plus grande, elle devient la scène d’une nouvelle situation ex : je ne suis pas dans ma chambre mais dans un vaisseau spatial) et un message que je ne comprends pas résonne comme une véritable catastrophe.
    Je ne prends presque jamais de drogue. Le cannabis me rend excessivement paranoïaque. Où que je porte le regard, une histoire se raconte sous mes yeux. « Ces arbres sont en fait là pour camoufler ces deux hommes qui prient leur Dieu de les laisser remonter le long de la route. la voilà la fameuse route.. »
    -Avee ? On te parlait..
    - Ah mince pardon (gros moment de gène accentué par la paranoïa, envie de s’isoler. Seul, on recrée le décor, et la boucle est bouclée)
    Je ne sais pas quoi vous dire. Vous avez de la chance que tout ça ne soit que passager, pour vous.
    Moi je vis avec. Mais d’un autre côté, je bénéficie de expérience, de l’habitude, qui me rassure. je n’ai jamais vécu autrement.
    Si vous devez ces syndromes à la drogue, je vous conseille de cesser d’en prendre et de vous faire rassurer par un médecin.
    Si comme moi, vous êtes nés avec, je vous recommande un psy. Vous avez certainement besoin de parler. Il pourra vous rediriger vers un psychiatre, ou simplement vous aider à remettre de l’ordre dans ce fatras qu’on appelle la vie.
    je vous souhaite sincèrement de vous en sortir.


  • bonjour tout le monde,
    je suis dans le même cas que vous en ce moment des crises d’anxiete vivre aux ralenti ... bref tout mes same tomes sont dans le premier texte. j’aimerai bien en parler avec qqun qui me comprend et qui est guérit de cette « dépression » donc si qqun voit mon message vous pouvez me contacter :
    adresse mail : lafouine.d@live.fr
    numéro de portable : 07-82-91-09-15
    je vous remercie d’avance car en ce moment tout vas au plus mal !
    Maxence Demessemacker


  • Merci pour cet article. J’en ai souffert pendant huit mois également, il y a deux ans. Je cherchais des preuves de réalité sans cesse, je ne savais pas si je rêvais ou si j’étais bien éveillée. L’environnement, les gens autour de moi, tout me paraissait lointain, intangible. J’aurais aimé lire ça plus tôt pour savoir que je n’étais pas seule à le vivre et avoir des pistes pour en sortir. A lieu de ça j’ai attendu, on m’a prescrit des anxiolytiques que je ne prenais pas, et ça a finit par disparaître totalement alors que je me croyais condamnée pour le restant de ma vie. Beaucoup de courage à ceux qui le vivent actuellement, c’est une expérience très traumatisante mais pas définitive :>


  • Salut,

    J’ai lu une partie des messages, et je vois que beaucoup sont invalidé par la déréalisation, je dis invalidante, car affectivement professionnellement, socialement ces symtômes sont très invalidants.

    Au début je maîtrisais mes crises, fumeur de cannabis crhonique j’ai souvent fait le lien entre ces peurs exacerbées et ces symtômes, vision trouble, peur iraisonnée au point de me demander un jour ce qui m’arrivait. Si bien que pendant plus d’une dizaine d’année j’ai sombré dans l’errance relationnel, professionnel sans comprendre ce qui m’arrivait.

    Incapacité à se concentrer, vie affective zéro, jusqu’à mes 35 ans j’ai subis ces symptômes et cela m’a rendu très malheureux, puis j’ai rencontrée une fille qui m’a servi de révélateur, paradoxalement je ne suis pas forcément une personne timide, mais à vivre à contre courant épris de spasmes musculaires constant, toute l’énergie mise à contrôler ces symtômes me fatiguait, j’ai su un soir en m’endormamnt avoir la volonté suffisante de sortir de ce trip, je me suis concentré très fort sur ce qui n’allait pas et comment je pouvais y remédier... Je me suis répondu à moi même, j’imaginas qu’un psy me parlait et me demandais ce que j pouvais faire et je répondais... Et toutes ces tensions sont partie en 5 minutes, j’ai ressenti mon corps comme je ne l’avais plus fait depuis près de 13 ans...

    Le lendemain, je me suis dit « tu te souviens Oli, tu te concentres sur ce que tu veux, et pas sur tes peurs... » Là j’ai vécu une journée enfin normal, et ke pouvais enfin me concentrer sur mes taches san cette horrible masse dans la tête et chaque fois que je sentais que ça reveanit plusieurs fois dans la journée, « Je me disais, tu te souviens Oli, ou je garde le contrôle » me répétant plusieurs fois ces pharses, Car le problème vient en partie de là, les peurs iraisonnées, irrationnelle, on ne se concentre pas sur ce qu’on fait, on ne vit même plus le temps présent, on anticipe tout et à force oui on a a peur de nos peurs, tellement elles sont fortes, et plus on leur laisse de la place, plus elle devienent forte et plus on essaye de leur faire face,... Alors qu’en réalité, l’important est de se reconnecté au réel au présent, de faire des choses et progressivement, j’ai su dominé mes peurs, me sentir plus fort...

    Et grâce à cettes petites phrase, j’ai pu reprendre progressivement le contrôle de ma vie, je revoyais enfin le monde sans filtre, plus à travers ces peurs, mais comme j’avais envie de le voir moi.

    A cette époque j’arêtais de m’inquièter, d’anticiper, je visualisais mes objectifs, et grâce à cela, j’ai su progressivement retrouver une confiance en moi, j’ai retrouvé un travail en adéquation avec mon savoir, je suis parti à l’étranger mais cette fille ne m’a pas suivie, elle a décidé d’en suivre un autre, ce fut un gros choc émotionnel pour moi, moi qui commençais enfin à atteindre mes objectifs, les vrais et pas tout ce qui me conditionne....

    Je n’ai jamais retrouvé ma vue( toujours brouillée), et j’ai par moment en cas de gros stress ces blocages, maintenant je comprends qu’il s’agit de mécanismes congnitifs appris...

    Là j’ai refait une grosse rechute, j’ai même refumé un moment, mais je sais aujourd’hui qu’il est possible de contrôler sa vie, ses choix, et que surtout j’ai la capacité de garder mon pouvoir, le chemin sera sans doute encore long, d’autant qu’uajourd’hui j’ai presque 39 mais je suis déterminé...

    Merci pour ce super article, nous ne sommes pas seul et croyez le, lorsque nous sommes suffisament réceptifs pour nous inductionner nous mêmes, nos phrases intérieures marchent et la vie change...


  • Bonjour , j ai lu tout vos article ,je suis passer par la a l age de 15 ans j ai mis 2 ans a m en sortir , vous êtes pas fou , je vous rassure , avais vous déjà réfléchi autrement au surdoument par exemple


  • bonjour jai 17 ans et je vis la derealisation depuis 2 semaine , sa met arriver comme sa dans ma salle de bain . mon copain me parler es javai limpression que cetais pas reel . depuis se temp jangoisse je cherche des solution ces vraiment dure detre dans cette etat a se demander si ces vraiment reel . le seul moment ou je suis bien ces le soir des quil fait noir .. jessaye de pas y penser mes ces impossible .. des personne en sont sortis ?


  • Je vis aussi la meme chose depuis 2 semaines, si tu veux en parler, envoi un mail k.rystelle@yahoo.com


  • Bonjour,
    J’ai le même problème depuis mes 14 ans, j’en ai aujourd’hui 23.
    Un jour je me suis reveillée avec un sentiment étrange, qui ne m’a jamais quitté, l’impression d’être dans un film, d’être là mais pas là.
    Je pense que cela doit pouvoir se traiter, mais sincerement j’arrive trés bien à vivre avec.
    J’ai mis du temps, je suis à l’aise avec cela depuis maintenant 3 ou 4 ans.

    Si vous voulez en parler avec moi n’hesiter pas ! voici mon adresse e-mail : lux.aeterna@hotmail.fr


  • Bonjour à tous !
    Je suis « content » de ne pas être le seul dans cette situation (j’aurai bien sûr préféré être le seul, sans que personne d’autre n’en souffre), et bien que de nombreux témoignages existent déjà, si le mien peut en aider certains, et ben ce sera une bonne chose.

    J’ai 19 ans et bien que je ne connais l’officialité de cette « maladie » depuis quelques jours à peine, cela fait maintenant plus d’un an que les premiers symptômes sont apparus chez moi.
    J’ai toujours était très porté sur la philosophie, les questions dites existentielles, etc, et ai plus ou moins admis philosophiquement depuis quelques années l’irréalité de l’univers (qui est à la fois tout et rien), ainsi que de l’égo, qui n’est qu’une création du « moi ». Mais en avoir la sensation « physique » est autre chose.

    L’événement déclencheur dira-t-on (même si cela ne peut s’y résumer) à été une prise de champi en février 2015. Ce n’était pas ma première fois (qui s’était d’ailleurs très bien passée), mais j’avais assez évolué psychologiquement entre les deux pour que cela ne me fasse pas le même effet.
    En gros, je pense que ce jour là j’ai échappé de peu à rester perché toute ma vie. Mon environnement ne me paressai que création mentale, toutes les phrases que prononçais mon pote dévoilais un sens plus profond que leur simple apparence, et tout ce que je ressentais étaient littéralement ineffables (je n’arrivai pas à prononcer un mot), et je sentais réellement que si je lâchais prise, j’allais vers la mort psychique, l’anéantissement du moi. J’ai donc « lutter » intérieurement pendant quelques heures pour rester dans le monde réel en espérant une baisse des effets. Mais ma philosophie m’a sauvé, car je considère qu’il faut accepter tout ce qui nous arrive (ce qui est le vrai lâcher prise), et être heureux dans toutes les conditions (cela est résumer très très grossièrement).

    Bref, depuis je ne suis tout de même plus le même, j’ai très souvent l’impression d’être détaché de mon corps, de voir différemment (sans pouvoir exactement expliqué comment), et n’ai plus envie de me soucier des « problèmes » de notre vie quotidienne (tout ce qui régit notre vie humaine n’est que création mentale : nos notions du bien/du mal, nos relations, etc).
    Donc deux solutions s’offrent à moi (et à ceux dans la même condition) : soit devenir ermite, soit essayer de mener une vie comme avant, la plus proche possible de nos réels désirs, sans aucune forme de violence (violence qui se dissumule sous de nombreuses formes : dédain, orgueil, violence verbale/physique, jugement dégrdant, même le plus petit soit-il), en acceptant absolument tout ce qui nous arrive.

    Bon les idées de ce post sont très floues, et je n’ai pas exactement réussis à es exprimer comme je voulais, donc si des gens veulent discuter (à n’importe quel moment, que ce soit dans 6 mois ou 2 ans) : universe.history@laposte.net


  • Bonjour, alors moi cela fait 1 an que j’ai cette sensation d’irréalité je pense que c’est apparue suite à une consommation de drogue dure puis ayan arrêter avec le pétards quand enfin j’avais tout arrêter je me suis mis à avoir cette sensation horrible plus des céphalées chronique et la sensation de ne plus pouvoir parler normalement, je suis toujours dans la lune à l’ouest mon corp est la mais mon esprit et partie ailleur je me sens mal en permanence je veux mourir, enfet je flotte au milieu des gens et j’ai peur que sa se remarquer et donc me fait stresser, je me demande quel sens à ma vie pourquoi qu’est ce que je doit faire et ensuite j’oublie plein de chose des choses que je suis sur le point d’exécuter et je n’est même pas le temps de finir que j’ai déjà tout oublier :’( sa me rend triste


  • Bonjour je m’appelle ahmed, j’ai 22 ans et je souffre des mêmes symptomes que vous si ce n’est un peu plus grave en ce moment je vous remercie infiniment pour vos temoignages car vous contribuez enormement a mon combat contre ces troubles dont je souffre depuis plus de 6 mois je suis persuadé que ces troubles sont dues a l’anxieté car depuis le jeune age j’ai été anxieux et quand je me concentre bien sur mon passé je me rappelle avoir eu des crises d’angoises dés l’age de 10ans c’a na pas été un probléme jusqu’au jour ou j’ai pris le bac, j’ai commencé a fumer de la resine de cannabis comme on en a ou j’habite bien que je n’en ai pas fumé beaucoup et mes prises etait trés espacés et grace a vos temoignages je commence a comprendre un peu que c’est en grande partie a cause de ca .Aujourd’hui je passe par une période de stress extreme , je refais ma deuxieme année en fac et je vais passer la session de contrôle avec 12 matiéres a refaire le probléme c’est la famille et les amis qui ne me laissent plus le choix ou que j’aille il faut qu’on me harcele avec des leçons de morale qu’il faut que je reusisse cette année et quand je raconte mon malaise a mes parents on me dit d’arrêter les études et de trouver autre chose et qu’il n’y aura pas de seconde chance mais les études du coup ca ne fait qu’empirer j’espere m’en sortir au plus vite et je crois que le seule remede c’est d’en parler alors voila mon facebook « ahmed achour » si vous voulez en parler vous aussi


  • MESSAGE POUR VOUS RASSURER !!! :D
    Bonjour à tous, déjà je tiens a remercier tout le monde pour leur témoignage qui sont vraiment réconfortants. J’aurais voulu les voir il y’a un an ! Mon histoire est à peu près similaire, avril 2015, je suis une jeune fille de 22 ans pleine de vie et pas de nature stressée (mais qui prend parfois les choses trop a coeur j’avoue), qui s’est mise a fumer depuis quelque mois. Un soir, seule devant ma télé, je fume mon petard habituel de fin de journée, et là en me frottant l’oeil très fort (chose dont je me suis souvenue que quelque mois après) j’ai eu un « coup de tonnerre » dans la tête. Le cauchemar commence : tremblements violents, coeur qui bat a 3000, difficulté a déglutir... J’ai crus que je faisais un AVC. J’appel mon copain en panique qui me conduit aux urgences. Résultat, « ne vous inquietez pas mademoiselle, vous avez fais une crise d’angoisse ». De là, aucun explication et au revoir. Pendant deux jours après ça j’étais complètement a plat. Je dormais énormément et je me sentais a bout de force, comme ci j’avais vécu quelque chose d’intense. Et petit a petit, j’ai commencé a avoir peur de beaucoup de choses : de faire un AVC, de me dire que je pouvais mourrir a tout moment d’une rupture d’anévrisme, peur que les gens proches autour de moi meurent, peur d’avoir peur...Bref le cercle vicieux. L’été j’ai commencé a avoir cette dépersonnalisation. Je me posais les questions existentielles genre « pourquoi je suis la ? » « pourquoi je vois les autres et je ne me vois pas ? » besoin de se regarder dans la glace, se demander si les choses autour de toi sont vraiment réelles ou pas... Horrible. Un vrai cauchemar. Puis les crises d’angoisses sont arrivées quelques mois après, surtout avant de dormir dans le lit : tremblements, du mal a respirer, tout ça parce que je pensais trop et que je m’angoissais toute seule (je me concentrais même sur ma respiration et je me disais que c’était impossible que je respire automatiquement, que si j’y pensais pas ça allait s’arrêter a un moment ?) L’angoisse. Vraiment. J’ai donc décidé de partir faire mon stage de fin d’année sur une île, toute seule (je suis très proche de mon chéri, mes amis et ma famille a qui j’arrivais pas a en parler car je ne comprenais pas ce qui m’arrivais et je pouvais pas mettre des mots dessus)
    J’avais même peur de prendre l’avion, chose que j’adorais avant tout ça. Bref je l’ai fais, première fois que je partais toute seule (j’ai fais ma derniere crise d’angoisse 2jours avant de partir, et je dormais avec ma mère lors d’un voyage pour aller voir mon frere dans le centre de la france. Elle s’est beaucoup inquiété et a appelé mon medecin de famille,un ami de mes parents, qui m’a dit que c’était l’angoisse de partir et il m’a prescrit de lexomil a prendre si je me sentais vraiment mal, chose que j’ai fais très peu mais qui m’a bien soulagé pour dormir 2ou3fois)
    Ces deux mois sur l’ile furent merveilleux, j’ai pu faire un gros travail sur moi même et réfléchir a cette chose irrationnelle qui s’était accaparé de mon esprit. Je suis revenue en France en mars, apaisée, pas guérie non plus car je n’avais pas les réponses « rationnelles » a ce qui m’était arrivé, mais je me sentais mieux dans ma peau. Je n’ai plus eu de crise d’angoisse depuis (la dernière était donc 2j avant de partir). Cependant, le petit cheminement dans ma tête a repris son court, moins violent qu’avant, mais j’ai commencé a repenser a ce qui m’était arrivé, et sans m’en rendre compte, j’ai eu peur d’avoir déclenché une maladie à cause de ce fameux pétard : être devenue folle, bipolaire, schizo ? Je savais qu’au fond de moi je n’avais aucun symptôme, mais c’était plus fort que moi. J’avais encore cette angoisse qui finalement, en regardant en arrière, a pas mal changé de cap.
    Et puis au fur et a mesure, je me suis battu psychologiquement. Je me suis remise au sport et j’essais de relativiser et de prendre les choses plus légèrement. J’ai surtout compris ce qui m’était arrivé : de 1, l’effet de la weed n’est pas bonne pour moi, je le savais dejà mais j’ai continué (j’ai fumé pendant 4mois 2 pétards le soir) et surtout, j’ai compris que cette fameuse soirée j’étais persuadée d’avoir eu un AVC, j’aurais mis ma main a coupé, alors que pas dutout, j’ai simplement appuyé un peu fort sur mon oeil ce qui a du toucher le nerf optique et me faire ce violent coup d’une seconde. Avec l’effet de la weed, j’ai décuplé mes sensations qui étaient fausses, ce qui m’a fait TOTALEMENT PERDRE CONFIANCE EN MOI, EN MON JUGEMENT ET DONC J’AI TOUT REMIS EN QUESTION, EN COMMENCANT PAR MA PROPRE EXISTENCE.

    Grâce a ce travail sur moi même, j’ai enfin COMPRIS et je le vis beaucoup mieux. J’ACCEPTE MON PASSÉ ET J’ACCEPTE DE VIVRE AVEC. CA M’A RENDUE PLUS FORTE ET JE ME SUIS PROUVEE QUE J’ÉTAIS UNE BATANTE !!!!!
    J’ai eu envie aussi DE MOURIR. J’y ai pensé. Je pense que je ne l’aurais jamais fais, mais l’idée de me dire juste que j’y avais pensé, car des fois l’angoisse était insoutenable, ca me faisait flipper.
    Depuis, je me sens vraiment beaucoup mieux depuis quelques semaines.

    Et puis aujourd’hui, je tombe sur vos posts qui je pense, cloturent cette année d’angoisse a stade très différents. Je me sens guérie. Je comprends encore mieux maintenant, et je sais surtout que je n’étais pas SEULE.

    Je tiens surtout à dire que ma pilule contraceptive a eu au même moment un effet « anxiogène » sur moi a cause des hormones qu’elle envoyait a mon corps. Elle m’a fait baissé mon taux de vitamine B6 et de Magnésium, ce qui est hyper important pour se sentir bien dans son esprit. Donc les filles attention à ca, on y pense pas toujours mais moi ça m’a enfoncé.

    Je vous conseille donc de vous remettre en question pour savoir ce qu’il s’est passé dans votre tête et corps pour connaitre cette DP. Moi elle PARTIE maintenant. Je n’ai qu’a continuer de lutter contre un arrivage d’angoisses irrationnelles et surtout je sais que je pourrais les maîtriser.

    JE ME PENSAIS PERDUE, RESIGNER A VIVRE AVEC CA TOUTE MA VIE. MAIS NON.
    CROYEZ EN VOUS, VOUS ALLEZ VOUS EN SORTIR ! ET SANS FORCEMENT PRENDRE DES MEDOCS OU ALLER VOIR UN PSY ! Tout dépend de votre histoire. Mais aillez confiance en vous car je vous prouve qu’on peut s’en sortir.

    Si vous avez besoin de discuter, d’infos et de conseil, n’hésitez pas a m’écrire : alexandraa.cuvillier@gmail.com

    Je retrouve enfin une joie de vivre et une vision sur la vie plus positive.
    BATTEZ VOUS !!! :D <3


  • Hello tout le monde :)

    J’avais posté en juillet dernier un message pour vous expliquer que moi aussi j’avais de la déréalisation.
    A ce moment là, ce n’était que le commencement de cet enfer, je suis descendue très bas, moi aussi j’ai pensé à la mort, parce que je ne voyais juste pas l’intérêt de continuer à vivre avec cette vision là, c’était trop dur, je voyais plus personne enfin vraiment très peu, je ne pouvais pas bosser non plus..

    Moi aussi j’ai fais un gros travail sur moi, j’ai changé beaucoup de chose chez moi, avant j’étais quelqu’un de négatif, je positive bien plus. Avant je râlais, je râle beaucoup moins. Avant je ne faisais pas de sport, maintenant j’adore ça ! Et j’en passe !

    Ce qui m’a guéri : me mettre face à mes peurs !
    Du coup je me suis lancée dans l’aventure de faire fille au pair. La rencontre avec la famille, le pays étranger, la barrière de la langue, le fait de ne connaitre personne dans ce nouveau pays !
    Et ben, plus de peur que de mal, tout s’est bien passé, comme à chaque fois finalement !
    Il faut sortir absolument de sa zone de confort, c’est dur mais petit à petit ça marche, la preuve :)

    Aujourd’hui, je guérie un peu plus chaque jour, j’ai des séquelles, parfois je suis en DR, mais j’arrive maintenant à les contrôler !

    Je pense que finalement tout ça était comme une signal d’alarme, il fallait que je change ma vie !

    N’hésitez pas si vous voulez en savoir plus ou avoir des conseils, c’est avec plaisir que je vous répondrais ! k.rystelle@yahoo.com

    Courage et n’oubliez pas : plus la bataille est dur, plus la victoire est belle ;)


  • J’ai 68 ans. A l’âge de 22 ans j’avais déjà un peu fumé et mangé des gâteaux au haschisch. Je n’avais éprouvé aucun plaisir, j’avais même vomi les gâteaux. Et puis est arrivé ce jour qui a bouleversé ma vie.
    J’ai fumé du cannabis avec quelques amis. On m’avait prévenu : « Attention, il est traître, il n’agit pas tout de suite mais au bout de dix minutes tu pars très haut. »
    En fait j’ai fait un very bad trip avec attaque de panique, sensation de mort imminente, impression de vivre un cauchemar.
    Pendant près de 2 ans j’ai eu des attaques de panique, un sentiment de dépersonnalisation. Les médecins m’ont donné des neuroleptiques et du tranxène, ça m’assommait mais les crises étaient toujours présentes. Elles survenaient parfois brutalement, comme si on me dévissait la tête. Je souffrais d’agoraphobie, de claustrophobie, d’angoisses. J’avais peur des ascenseurs, dans le métro, de la foule, parfois des gens présents dans une simple réunion.
    J’ai finalement été voir un psychanalyste et peu à peu, les crises ont diminué d’intensité et se sont espacées. Et j’ai repris goût à la vie. D’abord en faisant du sport, en menant une vie aussi normale que possible.
    Puis les crises sont devenues exceptionnelles. Elles étaient toujours aussi angoissantes mais j’avais trouvé un moyen de lutter en me disant que c’était passager et que dans 5 ou 10 minutes tout irait mieux. J’ai fait du yoga et travaillé ma respiration. Le simple fait de respirer en contrôlant mon souffle accélérait le retour à une perception normale de la réalité.
    J’ai aussi utilisé des tranquillisants comme le Lexomil. Juste des prises ponctuelles si la crise était trop forte. Mais je ne vous dis pas de le faire... Parlez-en à votre médecin et attention aux addictions.
    J’ajouterais que le pire était d’être totalement incompris. Dans les années 70, les psys, les médecins semblaient n’avoir absolument pas conscience que l’expérience de tels symptômes est terrifiante. Certains semblaient même insinuer : « T’as fumé, ce qui t’arrive est ta juste récompense ».
    Aujourd’hui je pense que les équipes médicales sont mieux formées à ces questions et ont pris conscience de la souffrance qu’éprouvent les victimes de ce syndrome.
    Alors à celles et à ceux qui souffrent, je dirais : accrochez-vous. Rien ne dure. Essayez de trouver en vous-mêmes les ressources qui vont vous permettre de vous en sortir. Le temps joue en votre faveur. Votre corps et votre esprit sont de superbes et puissantes machines qui savent peu à peu s’adapter.
    Faites vous aider, bien sûr.
    Bon courage à toutes et à tous.
    La lumière est toujours au bout du tunnel...


  • Bonjour ..je souffre aussi de ce trouble depuis longtemps ..
    Tout a commence suite a quelques joints...ensuite les choses etaient rentres dans l ’ordre ..
    mais apres le deces de ma mere et mon divorce ,la solitude me pese et l ’anxiete est forte..
    je ne sais plus quoi faire j ’ai 52 ans et je croyais en avoir fini avec ca..


  • Bonjour, j’ai ét victime de dépersonalisation durant tout ma terminale, je ne faisais que anayler, je n’etais pas moi même. Cela etait du a un mauvais badtrip du a un joint, cependant avec du recul, je me suis dit dans ma tete que il fallait que ça change. J’ai donc décidé de sortir avec des amis, me forcer a faire de nouvelles rencontres et je sais pas si c’est grace à ça mais aujourd´hui (environs 1 ans après) je ne souffre plus de cette depersonnalisation. ET aussi, je m’etais dit que j’avais eu un mauvais moment avec mon joint (provocant la maladie ), ducoup j’etais dit que si je refumais dans de « bonne condition » ( sure de ne pas etre pris par ses parents, sans angoisse quelquonque) et bah cela aller prendre le dessus sur mon mauvais bad trip. Et j’ai eu raison d’essayer car aujourd’hui je revis !


  • Bonsoir, je ne sais pas si le forum est toujours actif, je traverse aussi ce syndrome de dépersonnalisation et déréalisation.
    Pour ma part c’est plus de la déréalisation.

    J’aimerai me mettre en contacte avec des personnes vivant ou ayant vécu la même expérience afin de s’entraider. tonyhawke75@hotmail.com


  • je me suis gueri apres avoir aller chez le psychiatre il ma donner deux medicament zolen et lexomil je me senter bien apres une semaine de traitement jespere que ce message sera utile pour vous


  • Bonjour,

    C’est la première fois que je poste mon problème sur un forum. Je souffre de déréalisation depuis maintenant 9 ans, suite à un bas trip au cannabis. Je fais également des attaques de panique (que j’ai réussi à gérer mais qui commencent à réapparaître depuis 1 mois). Je n’ai que consulté cette année, je vois une psychologue et une psychiatre (qui m’a prescrit un anti dépresseur dont je ne vois pas les effets meme si ça fait 2 mois maintenant que je les prends). Je voulais savoir si vous aviez été guéris de cette merd*. Je me bats tous les jours pour avancer dans la vie, même si j’ai développé de l’agoraphobie, je vais à l’école et travailler. J’avoue que cette année je commence à me relâcher, 9 ans c’est long et parfois ça me fait flipper. Le fait de ne pas se sentir dans la réalité, ruminer, se poser des questions sur tout, sur le sens de la vie, tout ça commence à être lourd. Voilà voilà.

    Sarra


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Rechercher

Rubriques

 

Dernières brèves