Vous êtes ici : Accueil » ILLUSTRATIONS CLINIQUES : DOCUMENTS ANCIENS ET CONTEMPORAINS » Document : La liberté religieuse est nécessaire à l’établissement d’autres (...)

Document : La liberté religieuse est nécessaire à l’établissement d’autres libertés

(à propos de la participation de deux spécialistes américains à une discussion en ligne)

D 21 octobre 2006     H 11:20     A     C 0 messages


 


 

Washington - La liberté religieuse est un aspect fondamental de la politique étrangère des États-Unis parce qu’elle est une condition préalable à l’établissement d’autres libertés publiques, a déclaré un politologue et ancien officier de la marine des États-Unis, M. Doug Johnston, lors de la discussion en ligne qui a eu lieu le 17 octobre dans le cadre des Dialogues sur la démocratie.

« Il est important, a-t-il dit, pour des gens au niveau local de comprendre comment les facteurs religieux et culturels ont une incidence sur les aspirations et la vision du monde d’autres personnes. Il est tout aussi important dans le monde actuel que les dirigeants fassent de la religion et de la culture des éléments déterminants de la sécurité internationale. »

Fondateur et président d’une organisation non gouvernementale de Washington qui préconise une diplomatie fondée sur la religion pour faire régner la paix dans le monde (The International Center for Religion and Diplomacy), M. Johnston était accompagné du président du Comité des Nations unies qui regroupe des organisations non gouvernementales traitant de la liberté de religion ou de conviction, M. Matt Cherry.

« Un trop grand nombre de personnes, a dit M. Cherry, pensent que la liberté de religion ne protège pas ceux qui ne pratiquent pas une religion. » En fait, la liberté de religion ou de conviction protège les athées ou les agnostiques ainsi que les croyants. C’est pourquoi elle est un sujet de controverse pour de nombreux États et c’est aussi pourquoi les États-Unis et d’autres États démocratiques ont fait de la liberté de religion ou de conviction un élément essentiel de leurs démarches en faveur du respect des droits de l’homme.

En s’attachant à promouvoir la liberté religieuse, des organisations non gouvernementales internationales encouragent les programmes éducatifs fondés sur des principes démocratiques, a fait remarquer M. Johnston. Même dans des pays où la critique d’une religion particulière constitue un délit, la situation est loin d’être sans espoir si ce pays est une démocratie.

Il est aussi important selon M. Cherry d’informer les missionnaires sur la liberté de religion ou de conviction. « Les missionnaires font beaucoup de bien, mais ils ne doivent pas exiger que les personnes changent de religion pour pouvoir bénéficier de ce bien. »

Les organisations non gouvernementales doivent exercer leurs activités en faisant preuve de neutralité sur le plan religieux et en prenant des mesures pour obtenir l’opinion de dignitaires religieux de diverses religions, a dit M. Johnston en ajoutant que toutes les religions avaient des principes louables en ce qui concerne les rapports de bon voisinage et l’amélioration de la condition humaine.

Il s’agit pour la politique étrangère des États-Unis, a-t-il expliqué, d’être en mesure de faire face efficacement aux différences d’ordre religieux dans des cadres hostiles et de s’opposer à des démagogues comme Oussama ben Laden qui exploite la religion à ses fins.

« Tant que la religion ne constituera pas un élément déterminant de la sécurité internationale, l’Occident continuera d’être la victime de choix mal informés de politique étrangère », a-t-il souligné.

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Rechercher

Rubriques

 

Dernières brèves